Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

L'arrêté autorisant des tirs de prélèvement contre le loup attaqué par des associations en Lorraine

-
Par , France Bleu Sud Lorraine, France Bleu

Une audience avait lieu ce jeudi au tribunal administratif. Deux associations de protection du loup attaquent un arrêté interpréfectoral autorisant des tirs de prélèvement contre le prédateur, jugé responsable de nombreuses attaques.

loup
loup © Radio France - Bleuette Dupin

Nancy, France

Un arrêté préfectoral autorisant des tirs de prélèvement contre le loup en Meurthe-et-Moselle, en Meuse et dans les Vosges, attaqué devant la justice. Une audience en référé avait lieu ce jeudi devant le tribunal administratif de Nancy. Deux associations de protection de l'environnement, Ferus et l'association de secours et de placement des animaux des Vosges contestent l'arrêté interpréfectoral pris le 25 octobre dernier et qui permet pour un mois de tuer le loup détecté dans le Toulois et la plaine des Vosges. Un loup solitaire qui aurait attaqué de juillet 2018 à fin juin 2019 à 88 reprises, pour 282 victimes dans des élevages protégés selon les services de l'État.

Un loup particulièrement meurtrier selon les services de l'État

Il faut prendre ces mesures face à un loup solitaire qui génère quatre fois plus de victimes que la moyenne nationale, explique le préfet de Meurthe et Moselle, Eric Freysselinard : "Comme il est isolé, il provoque des dégâts très importants. Des attaques qui visent de petits élevages. Il y a des craintes concernant l'évolution de cette agriculture traditionnelle [...] Le loup est une espèce protégée, la population est en forte croissance, au moins 550 individus. Il s'est déjà tué un peu plus de 90 loups en France. Qu'on en tue 91 ou 90, il n'y a absolument aucun impact sur la population du loup. En revanche, si nous n'arrivions pas à tuer ce loup, les dégâts environnementaux pourraient être importants."

"Il fallait protéger les troupeaux"

Pour les associations, l'espèce est véritablement en danger avec notamment les tirs réalisés à ce jour sur 95 loups dans tout le pays alors que la loi permet d'en tuer cent d'ici la fin de l'année. Parmi les arguments évoqués par les préfectures, le fait que ce loup serait le plus meurtrier de France, quatre fois plus que la moyenne. Un constat que conteste Jean-Claude Odille, animateur du réseau Alsace Lorraine Grand Est à l'association Ferus qui milite pour la préservation des loups notamment : "Quand on dit qu'il attaque plus qu'ailleurs, c'est ce qu'on appelle "l'overkilling", il rentre dans un parc et quand les brebis se mettent à courir, lui continue et va en tuer dix ou douze. C'est comme un renard dans un poulailler ou un lion dans un troupeau. C'était prévisible qu'il fallait protéger les troupeaux et ça n'a pas été fait."

La décision du tribunal administratif a été mise en délibéré, elle pourrait être rendue ce vendredi ou en début de semaine prochaine.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu