Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Retrouvez les résultats définitifs du second tour des Municipales, commune par commune

Tous les résultats

L'arrêté de la préfète de l'Ariège suspendu, la marche blanche pour l'ours pourra avoir lieu à Foix

-
Par , France Bleu Occitanie, France Bleu

Le tribunal administratif de Toulouse, saisi par les organisateurs de la marche blanche pour l'ours prévue samedi à Foix, suspend l'arrêté de la préfecture qui interdisait cette manifestation.

Illustration.
Illustration. © Maxppp - Philippe Clément

Il pourra bien y avoir une marche blanche pour l'ours samedi à Foix à 10 heures. 

Les motifs de la préfecture ne sont pas fondés estime le tribunal administratif

L’arrêté de la Préfète était basé sur deux motifs : les risques de troubles à l’ordre public en raison de tensions entre les partisans de la réintroduction de l’ours et les acteurs du monde rural pyrénéen, et le risque de propagation du Covid-19.

Le tribunal administratif explique : "Le juge des référés a également estimé que le second motif, tiré du risque de contre-manifestations violentes n’était pas suffisamment établi pour motiver une telle interdiction de manifester, alors qu’au demeurant, la préfète de l’Ariège a interdit, par l’article 2 de l’arrêté attaqué, toute contre-manifestation organisée par les acteurs du monde rural à Foix le samedi 20 juin 2020." 

Les pro-ours satisfaits mais regrettent ce contretemps

Alain Marek, de l'association ASPAS se dit satisfait de la décision, même si son association s'est retirée après la décision de la préfète. "On laisse les adhérents aller librement là-bas mais il n'y aura pas notre logo. Je m'étais engagé auprès de la préfète. Ce sera difficile de mobiliser en si peu de temps mais c'est une bonne nouvelle. Les bras m'en étaient tombés. Je n'avais pas compris pourquoi une marche pacifique de deux heures était interdite. Qu'il y ait une manifestation, c'est très bien."

Il espère une forte mobilisation malgré cette nouvelle très tardive : "C'est trop tard. Nous on avait bien mobilisé, on avait vingt associations. Il y avait des groupes de 50, du covoiturage organisé... Je souhaite qu'il y ait du monde mais je m'interroge. C'est tout à fait regrettable que Madame la Préfète ait refusé. La pression est venue de l'autre côté. J'espère surtout que samedi il n'y aura pas de contre-manifestation." 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu