Faits divers – Justice

L'arrivée d'un jeune fiché S à Pontourny continue de faire réagir

Par Annabelle Wanecque, France Bleu Touraine mercredi 28 septembre 2016 à 17:31

Le centre de Pontourny à Beaumont-en-Véron
Le centre de Pontourny à Beaumont-en-Véron © Radio France - Xavier Louvel

Les réactions ne se sont pas faites attendre après la confirmation par le ministère de l'Intérieur de l'arrivée d'un jeune fiché S au centre de déradicalisation de Pontourny à Beaumont-en-Véron. Les élus veulent demander des comptes à l'Etat ce vendredi, lors de la réunion du comité de suivi local.

Ce jeune homme de 23 ans, fiché S, serait sous le coup d'une procédure judiciaire pour apologie d'un acte terroriste. Il se serait aussi rendu coupable de braquages. Nos confrères de la Voix Nord font le portrait d'un homme violent. Autant d'informations qui ne sont pas confirmées par le ministère de l'Intérieur. Il faut dire que ce sont elles qui posent problème.

Les élus demandent des comptes

Fin août, les élus locaux avaient obtenu de Matignon la garantie que les personnes accueillies à Pontourny n'aient jamais été condamnées pour des faits de violence. Ce mardi soir, la secrétaire générale du GIP, le Groupement d'intérêt public qui gère le dispositif, nous disait que ce jeune homme n'avait "jamais été condamné pour des faits de violence liés à sa radicalisation".

Une nuance importante pour Laurent Baumel, le député PS du Chinonais.

Le député PS du Chinonais Laurent Baumel assure d'ailleurs avoir une lettre officielle de l'Etat, qui s'engage à respecter ce critère. S'il s'avère que ça n'est finalement pas le cas dit-il, la première chose que l'on demandera lors de la réunion du comité de suivi local qui a lieu demain, "c'est que cette personne ne puisse pas rester à Pontourny".

On nous a un peu menti" - Le maire de Beaumont-en-Véron

"On nous a un peu menti", dit de son côté le maire de Beaumont-en-Véron Bernard Chateau. "Le contrat entre l'Etat et les élus n'est pas respecté, ça génère un manque de confiance". Lui demande que le jeune homme en question ne reste pas à Pontourny, "c'est une question de principe, ce n'est pas la personne elle même qui est en cause".

Pourtant, ce jeune homme "ne demande qu'à s'en sortir", c'est la conviction d'une personne qui le connait, qui le suit depuis des années et que nous avons réussi à joindre. Une personne très émue, très choquée de cette polémique. Ce jeune homme n'a qu'une envie, dit-elle, "qu'on ne le laisse pas sur le côté du chemin".