Infos

L'association C.H.E.V.A.L. prend soin des chevaux maltraités de Générac

Par Ludovic Labastrou, France Bleu Gard Lozère mercredi 26 octobre 2016 à 15:45

Paula Loïs a accueilli une des juments maltraitées
Paula Loïs a accueilli une des juments maltraitées © Radio France - Ludovic Labastrou

Deux des 28 chevaux saisis à Générac sont accueillis au refuge de l'association C.H.E.V.A.L. à Servas près d'Alès (Gard). Des bêtes visiblement extrêmement sous-alimentées et pleines de tiques. L'éleveur mis en cause a déjà fait l'objet d’un signalement. L'association porte plainte pour cruauté.

Deux des 28 chevaux saisis à Générac sont accueillis, au refuge de Servas, près d'Alès. Ils ont été pris en charge par l'association C.H.E.V.A.L., (Centre d'Hébergement pour Équidés Vétérans antenne Languedoc Roussillon). C'est elle qui les as pris en charge à Générac avant qu'ils ne soient répartis dans des centres d'accueils notamment de la fondation Brigitte Bardot.

Des bêtes visiblement extrêmement sous-alimentées

Les autres chevaux, aussi mal en point, ont été répartis dans des refuges dans le Cher et les Bouches du Rhône. Le refuge de Servas est pour le moins spécialisé dans ce type d'affaires de maltraitance, il accueille près de 250 chevaux en fin de vie ou mis à mal par des particuliers ou des éleveurs peux soucieux du bien être animal, et une fois encore, la fondation va porter plainte.

Une plainte déposée par C.H.E.V.A.L. et d'autres associations de protection animale parce que l'éleveur Gardois, il y a six ans, avait déjà fait l'objet d'un contrôlé. 3 chevaux avait été saisis sans autre conséquence pour lui donner une chance.

Depuis son cheptel a été multiplié et ce sont une trentaine de bêtes, dans un état de maigreur extrême, qu'on a saisi chez lui. Elles sont réparties entre le Cher, les Bouches du Rhône et donc le Gard.

Le reportage de Ludovic Labastrou

Les deux juments doivent maintenant se retaper à Servas, d'abord les nourrir de nouveau puis leur donner des vitamines. Souci, une des deux juments boite, autre complication, les deux juments sont, peut-être, pleines.

Un peu de repos, enfin, à Servas - Radio France
Un peu de repos, enfin, à Servas © Radio France - Ludovic Labastrou

"Elles sont dans un état de maigreur hallucinant. D'abord les nourrir, leur donner des vitamines, les retaper. Cela pourrait prendre des semaines sans garantie de résultat."

Les deux juments Camargue sont accueillies à Servas. Sans doute des semaines pour les retaper tant elles ont été sous alimentées. L'éleveur Gardois n'en est pas quitte pour autant. L'association C.H.E.V.A.L, (Centre d'Hébergement pour Equidés Vétérans antenne Languedoc Roussillon), va porter plainte contre des pratiques à Générac (banlieue de Nîmes), qu'elle a déjà détectées.

Paula Loïs, Prèsidente de C.H.E.V.A.L

L'association C.H.E.V.A.L a porté plainte. Mais ce genre d'affaires qui se multiplient chez des éleveurs ou des particuliers ne se concluent que par de simples peines d'amende pour maltraitance. Deux éleveurs de Lézan, le 4 novembre, sont menacés cette fois pour acte de cruauté de 6 mois au total avec sursis et 4000 euros d'amende.

Partager sur :