Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

L'association des cordistes en colère appelle au boycott des produits de Cristal Union

-
Par , France Bleu Champagne-Ardenne

L'association des cordistes en colère a lancé en mars un appel au boycott des produits du groupe sucrier Cristal Union pour alerter sur les drames dans les silos. Le tribunal correctionnel de Reims doit juger ce vendredi une société pour la mort d'un cordiste en juin 2017 dans la Marne.

Des membres de l'association avaient affiché cette banderole lors du procès de Cristal Union le 11 janvier.
Des membres de l'association avaient affiché cette banderole lors du procès de Cristal Union le 11 janvier. © Radio France - Sophie Constanzer

Reims, France

Alerter sur l'envers du décor chez Cristal Union, sur ce qu'il y a derrière le paquet de sucre rose Daddy, c'est l'objectif de cet appel au boycott et du président de l'Association des cordistes en colère, Eric Louis : _"des drames il s'en passe chez nous et derrière ces entreprises il y a des marques et c'est pour sensibiliser le public à ces dram_es". Le déclencheur de cet appel au boycott ? l'appel de la condamnation de Cristal Union le 1er mars, dans l'affaire d'Arthur et Vincent, deux cordistes morts ensevelis dans un silo en mars 2012 sur le site marnais de Bazancourt. 

Le groupe Cristal Union et le prestataire de service Carrard Services ont été condamnés le 1er mars à Reims à 100 000 euros d'amende et à un placement sous surveillance. Le Tribunal correctionnel de Reims a également condamné les responsables des deux sociétés à 6 mois de prison avec sursis, estimant qu'il y avait eu de réels manquements à la sécurité. "Ils ont tout à fait le droit de faire appel de leur condamnation d'un point de vue juridique, mais on critique ça du point de vue de la morale : ils viennent rajouter du mépris au manque de compassion pour les familles depuis les accidents", explique Eric Louis. 

Eric Louis, président de l'Association des cordistes en colère.

Un deuxième procès à Reims, après la mort d'un cordiste 

Dans son appel au boycott, l'association des cordistes en colère énumère les noms de cordistes victimes d'accidents mortels dans des silos, dont celui de Quentin, mort dans un silo le 21 juin 2017 sur le même site de Bazancourt. L'entreprise de travaux en hauteur qui l'employait sera jugée ce vendredi 5 avril devant le Tribunal correctionnel de Reims pour "homicide involontaire par personne morale dans le cadre du travail". 

Et malgré ces affaires, les enseignements n'ont pas été tirés selon Eric Louis. "On voit encore des offres d'emploi pour faire travailler des cordistes au SMIC et qui sont débutants ! ", souligne le président de l'Association des cordistes en colère. 

De plus en plus de témoignages recueillis par l'Association 

L'association des cordistes en colère, crée à Reims en décembre 2018, veut aider les cordistes ou leurs familles qui sont confrontés à des drames et elle ne cesse d'avoir de nouvelles adhésions. Et de nouveaux témoignages, comme l'explique Eric Louis : "on a des gens qui viennent vers nous qui sont des compagnes de cordistes morts lors d'accidents de travail depuis 2007, et qui nous contactent pour qu'on leur apporte un soutien... parce que quand ça arrive, elles sont isolées et tenues dans le mépris". 

Publié sur une plateforme dédiée, l'appel au boycott des produits de Cristal Union a déjà recueilli l'adhésion de plus de 600 personnes depuis le début du mois de mars. Arrivé au seuil de 1000, l'entreprise est directement informée. 

Choix de la station

France Bleu