Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

L'association Le Refuge porte plainte après une agression transphobe à Marseille

mardi 7 août 2018 à 18:14 Par Tony Selliez, France Bleu Provence et France Bleu

Deux jeunes majeurs hébergés par l'association le Refuge, qui vient en aide aux jeunes LGBT, ont été insultés puis agressés à coup de bombe lacrymogène lundi dans le 1er arrondissement de Marseille.

Le logo de l'association du Refuge dans le foyer du 1er arrondissement de Marseille
Le logo de l'association du Refuge dans le foyer du 1er arrondissement de Marseille © Radio France - Tony Selliez

Marseille, France

Ils ont 22 et 25 ans, et étaient allés chercher des pizzas, quand un couple s'en est pris à eux lundi à la mi-journée, dans le 1er arrondissement de Marseille. Ces deux jeunes, hébergés temporairement par l'association Le Refuge, ont été insultés, puis poursuivis jusqu'à leur foyer. L'homme a d'abord forcé la porte du Refuge à coups de pied avant de vider totalement à l'intérieur une bombe lacrymogène.

Le Refuge porte plainte

Une éducatrice spécialisée a également été blessée, et l'un des jeunes est sous surveillance pour son état respiratoire.

"Ils nous ont mal regardés, puis insultés, traités de "travelos". On voyait le mec s'approcher et toucher son sac, j'avais peur qu'il sorte un couteau. On est rentré très vite, il a mis un coup de pied sur la porte et a vidé à l'intérieur toute sa bombe lacrymogène." - Jasmine, l'une des victimes

Le témoignage de Jasmine, agressée ce lundi à Marseille

Ce n'est pas la première fois que ce foyer est ciblé, depuis l'installation du Refuge dans ce quartier il y a un an et demi. Il a déjà été cambriolé, par exemple.

"Ce sont des jeunes déjà victimes de rejet, d'homophobie. Certains ont dû quitter leur pays, parce qu'il y étaient en danger. Là, ils ont été agressés à l'extérieur puis poursuivis et brutalisés "chez eux". Tant qu'ils sont résidents chez nous, ils sont chez eux, et avec la sécurité psychologique que cela doit doit apporter. C'est cette sécurité qui a été attaquée aujourd'hui." - Flavien Odorin, délégué départemental adjoint du Refuge

Flavien Odorin, délégué départemental adjoint du Refuge (Bouches-du-Rhône)

Le maire de Marseille Jean-Claude Gaudin a réagi dans un communiqué : "Je condamne avec la plus grand fermeté, l'agression à caractère homophobe dans les locaux de l'association "Le Refuge", à Marseille (...) Ces actes insupportables doivent cesser de se multiplier et les auteurs de ces faits doivent être sévèrement punis. Marseille est une ville fraternelle et tolérante. Je demande au Préfet de police d'être particulièrement attentif à la sécurité de ce lieu d'accueil."

"La situation à Marseille est plus préoccupante que dans les autres villes en France, explique Nicolas Noguier, président national de l'Association Le Refuge. Que faire ? Continuer de sensibiliser la population, et faire aussi prendre conscience... Une vraie conscience politique que l'homophobie s'est vraiment installée dans le pays depuis 2012, depuis le débat sur le mariage pour tous. II y avait une homophobie latente, ça a libéré la parole et aujourd'hui ça donne ces situations encore plus violentes. Il faut vraiment agir, et au plus vite." 

Nicolas Noguier, président national de l'Association Le Refuge