Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

L'association Roya Citoyenne ne sera pas dissoute

jeudi 16 novembre 2017 à 15:26 Par Laurent Vareille, France Bleu Azur

Le tribunal de Nice a rendu sa décision concernant la demande de dissolution de l'association Roya Citoyenne, qui vient en aide aux migrants dans les Alpes-Maritimes. Les juges ont décidé de ne pas la dissoudre comme le souhaitait une autre association locale.

Palais de Justice de Nice
Palais de Justice de Nice © Getty - Patrick Donovan

nice

La demande de dissolution avait été formulée par l'association "Défendre la Roya" créée par le conseiller régional frontiste Olivier Bettati. Ce dernier accusait Roya Citoyenne d'avoir des actions illégales et d'être illicite par rapport à son objet social.

Roya Citoyenne, dont la figure de proue n'est autre que l'agriculteur Cédric Herrou, s'est défendu de toutes actions illégales, expliquant qu'elle "ne faisait pas passer illégalement la frontière à des migrants" comme le laissait entendre Olivier Bettati, lors notamment de sa campagne aux élections législatives.

Jeudi, le tribunal de Nice a donné raison à Roya Citoyenne et n'a donc pas prononcé sa dissolution. L'association va pouvoir continuer d'exister. "C'est une décision satisfaisante, reconnait l'avocate Mireille Damiano. Roya-Citoyenne est dans les clous et ne commet aucune infraction".

France Bleu Azur recçoit Cédric Herrou ce vendredi à partir de 7h30, pour commenter cette décision, pour revenir sur le procès de quatre militants à Aix-en-Provence cette semaine et pour tout simplement revenir sur l'année écoulée et la situation actuelle à la frontière franco-italienne.