Faits divers – Justice

L'auteur de l'attentat sur les Champs-Élysées était un récidiviste de l'attaque de policiers

Par Marina Cabiten, France Bleu Paris Région et France Bleu vendredi 21 avril 2017 à 14:57

Un impact de balle dans une vitrine des Champs-Elysées, après l'attentat
Un impact de balle dans une vitrine des Champs-Elysées, après l'attentat © Maxppp - Aurelien Morissard

Le Français de 39 ans qui a tué un policier sur les Champs-Elysées jeudi soir était un récidiviste, visé par une enquête antiterroriste, mais n'était pas connu comme islamiste radicalisé.

Il a été abattu par la police jeudi soir après avoir ouvert le feu contre un véhicule des forces de l'ordre sur les Champs-Élysées. L'auteur de ce nouvel attentat en France était français, il avait 39 ans et a été identifié rapidement. Il était connu des services de police.

Arrêté en février, mais relâché

"Ici, tout le monde le connaît, c'est quelqu'un qui a perdu la raison, de psychologiquement vraiment atteint", confie à l'AFP sous couvert d'anonymat un habitant de son quartier de Chelles (Seine-et-Marne). Né en 1977 à Livry-Gargan (Seine-Saint-Denis), l'homme avait été arrêté le 23 février par la police judiciaire de Meaux, soupçonné de vouloir tuer des policiers. Mais il avait été relâché le lendemain à l'issue de sa garde à vue, faute d'éléments, selon des sources proches de l'enquête.

Depuis mars, il était visé par une enquête antiterroriste confiée à la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) mais n'était pas "fiché S", selon une de ces sources.

Un récidiviste qui avait déjà tenté de tuer des policiers

Cet homme sans profession connue avait déjà eu affaire plusieurs fois à la justice, pour des vols avec violence puis trois tentatives d'homicide. En février 2005, il avait été condamné en appel à quinze ans de réclusion pour avoir tenté de tuer un élève gardien de la paix portant un brassard "police" et le frère de celui-ci. Deux jours plus tard, il avait tenté de tuer un autre policier dont il s'était saisi de l'arme durant sa garde à vue.

Attentat sur les Champs-Élysées : un rassemblement policier vendredi soir

Après sa sortie de prison en juillet 2013, il avait commis, trois mois plus tard, un vol aggravé qui s'était soldé par une course-poursuite avec des policiers. Il avait été condamné en juillet 2014 à Meaux pour ces nouveaux faits à quatre ans d'emprisonnement, dont deux ans de sursis avec mise à l'épreuve.

Une revendication qui pose question

Son attaque sur les Champs-Elysées a été presque aussitôt revendiquée par l'Etat islamique (EI), mais cette revendication pose question puisque l'organisation jihadiste donne un nom de guerre d'un jihadiste belge nommé comme "Abu Yussef le Belge". Mais un message manuscrit prenant la défense de "Daech" (acronyme de l'EI en arabe) a été retrouvé près du corps de l'assaillant sur les Champs-Elysées, et un Coran dans sa voiture.

À LIRE AUSSI : Après l'attentat sur les Champs-Élysées, le terrorisme phagocyte la fin de la campagne présidentielle

Abdel, un autre voisin de 23 ans, témoigne : "Il avait une haine contre la police, contre la France. Il était marqué par la prison. Mais Daech, c'est n'importe quoi". L'homme n'était pas connu comme ayant une quelconque pratique musulmane communautaire.