Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

L'auteur présumé de la profanation de l'église de Tonnay-Charente a été appréhendé

-
Par , France Bleu La Rochelle

Un rochelais de 22 ans a reconnu avoir dégradé le tabernacle de l'église de Tonnay-Charente en novembre 2019, mais pas le vol d'un objet sacré. Les empreintes et l'ADN laissés sur place ont permis de l'identifier. Il n'aurait aucune motivation sataniste.

Une tenture avait été retournée, laissant penser à un geste sataniste
Une tenture avait été retournée, laissant penser à un geste sataniste © Maxppp - Romuald D AUGE

La profanation de l'église de Tonnay-Charente en novembre 2019 avait suscité une forte émotion. Le tabernacle (le meuble où sont conservées les hosties) avait été forcé, les hosties répandues sur le sol et la lunule sur lequel reposait l'hostie consacrée avait disparu. L'auteur présumé des faits a été retrouvé et placé en garde à vue le 13 avril. Il s'agit d'un jeune homme de 22 ans, domicilié à La Rochelle. 

Aux policiers qui l'ont interrogé, il a expliqué qu'il était venu prier et qu'il a "pété les plombs". Il n'a exprimé aucune motivation sataniste selon le commissaire Olivier Saudreau, en charge de l'enquête. Le jeune homme a reconnu les dégradations, mais pas le vol de l'objet sacré. Dans l'église, outre la destruction en partie du tabernacle, une rambarde et une statuettes avaient aussi été cassées.

Le tabernacle avait été fracturé
Le tabernacle avait été fracturé - Police Nationale

Ce sont ses empreintes, et des traces d'ADN laissées dans l'église qui ont permis de l'identifier, grâce aux prélèvements du service départemental de police technique et scientifique. Il avait déjà été appréhendé pour des faits mineurs il y a moins d'une dizaine d'année à Rouen.

Même si ce jeune homme n'a pas souhaité profaner, la communauté chrétienne l'a vu et l'a perçu comme une profanation - Monseigneur Georges collomb, évèque du diocèse de La Rochelle et Saintes. 

L'évèque de La Rochelle et Saintes, Monseigneur Georges Colomb,  a déclaré penser "sans rancune et sans haine" au jeune homme interpellé. "Les auteurs de ces actes sont généralement parmi les plus malheureux de la société, parfois même ce sont des gens qui ont besoin de soins médicaux". Il a ajouté que ses pensées allaitent ensuite vers la communauté chrétienne de Tonnay-Charente qui avait été éprouvée. "'Quand le Saint Sacrement est touché, quand la croix est brisé en morceaux, c'est très grave pour un chrétien". 

Le jeune homme est convoqué devant le délégué du procureur le 10 mai. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess