Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

L'auteur qui a appelé à une "purge" renvoyé en correctionnelle à Grenoble, le 28 novembre prochain

mardi 30 octobre 2018 à 18:28 Par Véronique Pueyo, France Bleu Isère et France Bleu

Le jeune Grenoblois qui avait appelé à une "purge" entre bandes et contre la police la nuit Halloween a été remis en liberté, mardi 30 octobre, à la fin de sa garde à vue de 24 heures. Il sera jugé en correctionnelle le 28 novembre pour incitation publique à commettre des crimes ou des délits.

Le jeune sera jugé par le tribunal correctionnel de Grenoble le 28 novembre prochain
Le jeune sera jugé par le tribunal correctionnel de Grenoble le 28 novembre prochain © Maxppp -

Grenoble, France

Le jeune de 19 ans qui vit chez sa mère, en Isère, et qui se dit étudiant, a été entendu deux fois durant sa garde à vue. Il a expliqué que jeudi dernier, il s’était rendu dans une soirée Halloween, déguisé avec le masque du héros du film d'horreur : American Nightmare. 

Déguisé en American nightmare lors d'une soirée, il a l'idée de lancer l'appel à la purge

Il a eu beaucoup de succès : "T'es prêt pour la purge" lui aurait-on dit. La purge, c'est la traduction française de cette série américaine qui raconte comment les habitants d'une ville futuriste ont le droit, une fois par an, de se livrer à la violence en toute impunité.

Il aurait alors eu l'idée de lancer cet appel sur Snapchat, pour le 31 octobre.  "Toutes les zones et les quartiers montent une équipe, quand deux équipes se croisent, obliger de s'affronter! Tous les coups sont permis. Bonne purge !"expliquait-il en énonçant toute une série de règles, pour s'en prendre à la police si elle tentait d'intervenir.

Débordé par son succès, il dit que c'est une blague

Au départ, il était fier de son succès, 12 000 personnes l'ayant aussitôt suivi sur les réseaux sociaux. Mais face à l'ampleur du phénomène sur la toile, dans les médias et surtout face à l'indignation que cela suscite dans la police et au ministère de l’Intérieur, il publie une vidéo sur son compte Twitter pour dire que c’était une blague : "Laissez tomber ! C'est de la m...!"

Il regrette son acte

Il s'est filmé en arrivant au commissariat de Grenoble, où il s'est rendu de lui-même, le sourire au lèvres,  mais il faisait moins le malin à sa sortie après 24 heures de garde à vue. "Il a pris conscience qu'il y avait un problème. Il a dit regretter son acte." selon le procureur de Grenoble qui conclut : " C'est affligeant. On n'est pas dans un jeu vidéo. Certains pourraient prendre cet appel au pied de la lettre. Il faut un minimum d'intelligence pour utiliser les réseaux sociaux"

Il risque 5 ans de prison

Aissa, son pseudo sur Snapchat, sera jugé le 28 novembre prochain par le tribunal correctionnel de Grenoble pour incitation publique à commettre des crimes ou des délits. Il risque 5 ans de prison et 45 000 euros d'amende.