Faits divers – Justice

L'auteur du saccage de l'Apple Store de la Toison d'Or condamné à Dijon

Par Christophe Tourné et Jacky Page, France Bleu Bourgogne et France Bleu mardi 25 octobre 2016 à 16:48 Mis à jour le mardi 25 octobre 2016 à 20:40

Le prévenu et son avocate, Maître Anne-Sophie Henriot, à la Cité judiciaire de Dijon
Le prévenu et son avocate, Maître Anne-Sophie Henriot, à la Cité judiciaire de Dijon © Radio France - Jacky Page

Un homme âgé d'une trentaine d'années comparaissait ce mardi 25 octobre devant le tribunal correctionnel de Dijon pour le saccage de l'Apple Store de la Toison d'or en septembre dernier. Il a été condamné à six mois de prison avec sursis, deux ans de mise à l'épreuve et à rembourser le magasin.

La vengeance peut parfois prendre des formes surprenantes. En colère parce que le magasin Apple Store du centre commercial de la Toison d'Or à Dijon refusait de lui rembourser un appareil défectueux, un client avait écrasé à l'aide d'une boule de pétanque tous les téléphones et autres tablettes exposés dans le magasin. Les vigiles l'avaient ensuite neutralisé. C'était en septembre dernier et la vidéo réalisée par un client avait fait le tour du monde.

À lire aussi : VIDÉO - Dijon : il saccage l'Apple Store avec une boule de pétanque

Cet homme de 30 ans, qui jusqu'ici n'avait pas eu de souci avec la justice, a expliqué s'être senti humilié par la marque à la pomme, qui refusait en dépit de ses nombreuses démarches, de lui rembourser un iPhone défectueux. Il a reconnu avoir emporté dans son sac une boule de pétanque, au cas où une nouvelle tentative auprès de la boutique se solderait par un échec. Il a dit aussi avoir enfilé un gant "pour ne pas se couper avec des éclats". une méthodologie qui ne plaide guère en la faveur d'un geste impulsif.

Près de 60.000 euros de dégâts selon Apple

L'avocat de la société Apple s'est employé à briser l'image d'un "Robin des bois de la consommation" en lutte contre un géant de la téléphonie mobile. Il a dépeint un personnage irascible, harcelant le personnel dans les boutiques et au téléphone, en proférant des menaces. Un individu qui régulièrement depuis 2011 s'est ainsi fait rembourser trois appareils et remettait ça pour un quatrième. "Une démarche systématique qui relève de la petite crapulerie" selon l'avocat, qui a dressé l'inventaire du matériel détruit ou endommagé : 31 écrans d'ordinateurs, des tablettes, et des téléphones, ainsi que des supports, des câbles et des tables d'exposition. En tout, il réclame un dédommagement pour 59.769 euros.

Le procureur a requis 6 mois de prison avec sursis et deux ans de mise à l'épreuve avec obligation de soins, obligation d'indemniser les parties civiles et interdiction de se rendre au complexe commercial de la Toison d'or. Réquisitions suivies par le tribunal, lequel dans son jugement n'a toutefois pas retenu l'obligation de soins. L'avocate du prévenu, Maître Anne-Sophie Henriot, avait demandé pour sa part la relaxe pour les faits de violence envers un vigile et le non remboursement des dégâts, au motif que les appareils endommagés avaient été enlevés et remplacés avant l'arrivée de la police, et qu'il était de ce fait impossible d'apporter la preuve détaillée du préjudice.

L''argument a été partiellement retenu par le tribunal. Il a ramené les prétentions d'Apple à 17.548 euros, en précisant que ce matériel d'exposition aurait été vendu avec une décote et non au prix du neuf.

À lire aussi : Apple store de Dijon : après le saccage, les parodies vont bon train sur la toile

Partager sur :