Santé – Sciences

L'AVC, première cause de mortalité en Aquitaine

Par Aurélie Bambuck, France Bleu Gironde mercredi 21 octobre 2015 à 14:43

Lancement de la campagne de prévention
Lancement de la campagne de prévention © Radio France - Aurélie BAMBUCK

Avec 1 000 décès par an, et une personne touchée chaque heure, l'Accident Vasculaire Cérébral est une maladie très fréquente en Aquitaine. C'est la raison pour laquelle l'Agence Régionale de Santé lance depuis 4 ans, une campagne de prévention qui commence à porter ses fruits.

Les aquitains sont particulièrement touchés par les accidents vasculaires cérébraux. 

C'est une pathologie qui touche beaucoup d'aquitains: 9 000 personnes par an sont touchées et 1 000 en décèdent

—Vincent Cailliet de l'ARS Aquitaine

Depuis le lancement de la campagne de prévention en 2011, l'ARS a constaté une amélioration du nombre de personnes touchées

Les chiffres sont probants: on a 100 décès évités par an depuis le lancement de cette campagne.

La prévention contre les avc

Comment reconnaître un AVC

Paralysie du visage, difficulté à parler, faiblesse du bras ou de la jambe, _ce sont les 3 symptômes qui indiquent le risque d'accident vasculaire cérébral. Il faut réagir rapidement après les premiers symptômes, _en appelant le 15.

Reconnaître un AVC - Radio France
Reconnaître un AVC © Radio France - Aurélie BAMBUCK

Les traitements pour soigner l'AVC ne peuvent être mis en place que très rapidement après les premiers symptômes, au maximum 4h30. 

—Le docteur François Rouanet

Bordeaux, à la pointe en matière de traitement

Le CHU de Bordeaux est le seul établissement hospitalier en Aquitaine à dispenser le traitement par thrombolyse. Il consiste à retirer mécaniquement le caillot à l'origine de l'AVC.

Les conseils d'un neurologue bordelais

Une marche pour porter un message de prévention

Parmi les initiatives de la campagne de prévention des AVC, la marche entamée ce mercredi par Philippe Meynard. L'ancien maire de Barsac a été victime d'un AVC en 2014. Il s'en est remis sans trop de séquelles, et se mobilise depuis pour sensibiliser le grand public. Il a ainsi  entamé une marche de 140 km depuis Bordeaux pour aller jusqu'à Agen, à la rencontre du TER qui ira voir les Aquitains à partir du lundi 26 octobre pour les sensibiliser dans leur quotidien.

Philippe Meynard au départ de la marche à Bordeaux - Radio France
Philippe Meynard au départ de la marche à Bordeaux © Radio France - Aurélie BAMBUCK