Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

L'avenir du zoo des 3 Vallées se joue ce jeudi devant le tribunal administratif de Toulouse

-
Par , France Bleu Occitanie

Le tribunal administratif de Toulouse doit statuer ce jeudi matin sur l'avenir du zoo des 3 Vallées. Le parc animalier qui abrite plus de 400 animaux près de Castres est sous le coup d'une fermeture administrative ordonné vendredi par la ministre de la Transition écologique en personne.

"Animaux faméliques, enclos insalubres" selon la ministre de la transition écologique qui a demandé vendredi à la préfète du Tarn de fermer immédiatement le zoo des 3 vallées.
"Animaux faméliques, enclos insalubres" selon la ministre de la transition écologique qui a demandé vendredi à la préfète du Tarn de fermer immédiatement le zoo des 3 vallées. - © Twitter Barbara Pompili

L'avenir du zoo des 3 Vallées se joue ce jeudi devant le tribunal administratif de Toulouse. Le parc animalier de Montredon-Labessonnié près de Castres (Tarn) est fermé depuis vendredi sur ordre de la ministre de la Transition écologique, à cause de "manquements sanitaires graves et répétés" qui "mettent en danger les animaux et le personnel" selon le compte Twitter de Barbara Pompili. 

Le zoo tarnais accueille plus de 400 animaux

La SARL du parc zoologique des 3 Vallées a déposé un référé liberté devant le tribunal administratif de Toulouse. Le référé liberté "permet de demander au juge de prendre en urgence une mesure nécessaire à la sauvegarde d'une liberté fondamentale si l'administration y porte atteinte de manière grave et illégale. Le juge doit se prononcer dans les 48 heures. Sa décision peut-être contestée devant le Conseil d'État." L'audience se déroule ce jeudi à 10h.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess