Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

L'avenir parisien sera chaud !

vendredi 8 juin 2018 à 20:00 Par Damien Triomphe, France Bleu Paris

Les projections climatiques de Météo France montrent que le réchauffement climatique va se poursuivre, quel que soit le scénario. Le plus pessimiste prévoit 4 degrés supplémentaires à Paris.

Le Bassin de la Villette, dans le XIX° arrondissement de Paris
Le Bassin de la Villette, dans le XIX° arrondissement de Paris © Maxppp - Bruno Levesque

Paris, France

La tendance est à la hausse, et ça ne date pas d'hier : à Paris, les températures minimales moyennes ont augmenté de 1,4 °C au cours du XX° siècle, selon Météo France, avec une accélération notable depuis les années 1980. Mais c'est une certitude : la hausse de la température va continuer au cours du XXI° siècle.  De combien ? Tout va dépendre des politiques publiques, répond Météo France. + 1 °C en moyenne, pour le scénario le plus optimiste ; + 4 °C dans le pire des cas.

Le réchauffement climatique est donc en marche, et la capitale n'y échappera évidemment pas. Les projections climatiques effectuées par Météo France à l'horizon 2100 donnent un climat parisien plus chaud, avec des vagues de chaleur plus fréquentes et plus intenses. Ainsi, le nombre de jours de canicule par an pourrait, au mieux tripler, au pire être multiplié par 26  ! Quant aux jours de gel, l'hiver, ils pourraient quasiment disparaître, selon le pire scénario.

Un îlot de chaleur urbain parisien

Les effets du réchauffement climatique sont même accentués à Paris. A cause d'un maillage urbain très resserré, la ville subit un microclimat. Il fait plus chaud dans la capitale, en particulier la nuit, avec une différence de 2,5 °C en moyenne annuelle, entre Paris et les zones rurales autour, comme le Vexin ou la forêt de Fontainebleau. La différence peut même atteindre jusqu'à 10 °C la nuit lors d'un épisode caniculaire.