Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice
Dossier : Nordahl Lelandais

L'avocat de Nordahl Lelandais donne sa version dans un livre

Me Alain Jacubowicz donne sa version du début de l'affaire Lelandais dans un livre à paraître ce jeudi aux éditions Plon. L'avocat y décrit un client "paumé", une instruction bafouée, mais aussi ses moments de doute. Il reconnaît avoir été "tétanisé" lors de la reconstitution de la mort de Maëlys.

Me Alain Jacubowicz, à Lyon, dans son cabinet d'avocats
Me Alain Jacubowicz, à Lyon, dans son cabinet d'avocats © Maxppp -

Me Alain Jacubowicz donne sa version du début de l'affaire Lelandais dans un livre à paraître ce jeudi aux éditions Plon, intitulé Soit je gagne, soit j'apprends. Dans cet ouvrage l'avocat de 66 ans se confie sur les affaires les plus marquantes de sa carrière comme la tragédie du Mont-Blanc de 1999, le procès Barbie ou même l'affaire Benzema. Une grande partie du livre (plus de 70 pages) est toutefois consacrée à  l'affaire Nordahl Lelandais.

Pourquoi accepter un tel dossier ?

C'est la question que beaucoup d'observateurs se posent : pourquoi l'avocat accepte de défendre Nordahl Lelandais ? Me Jacubowicz reconnaît qu'il y a eu débat au sein de son cabinet mais qu'au final c'est lui qui a décidé "à cause de l'adrénaline (...) C'est terrible. J'ai passé des moments difficiles avec ma conscience, mais quand on est avocat on ne refuse pas le dossier Lelandais".

Pensait-il que Nordahl Lelandais était innocent ? 

Peut-être... En tous cas, Me Jacubowicz explique que jamais son client ne lui avoué sa culpabilité au début de l'affaire. Il se présentait "étranger à la disparition de Maëlys". L'avocat reconnaît que dans ce genre d'affaire (un enlèvement d'enfant), les deux mobiles possibles sont soit "une demande de rançon ou… Et comme il n’y avait pas de demande de rançon, ne restait que le ou… Sauf à me mentir à moi-même, je n’avais pas le droit d’occulter cette éventualité, même si Nordahl Lelandais clamait son innocence".

Comment se passe leur première rencontre... et les suivantes ?

L'avocat et son client se sont vus pour la première fois le 15 septembre 2017, au centre pénitentiaire de Saint-Quentin-Fallavier en Isère. Me Jacubowicz décrit l'arrivée dans la petite salle d'un "homme massif, qui ressemblait aux photos diffusées par la presse, l’air d’abruti en moins". "Il avait l’air accablé, les yeux tombants". L'avocat décrira un client "paumé", "en dehors de sa passion pour les chiens et les motos, rien ne semblait l’intéresser. Je l’ai interrogé sur ses centres d’intérêt. Le désert, ou presque.". 

L'avocat découvre aussi la vie d'un homme d'une trentaine d'années dont les "relations sociales se limitaient à la recherche de partenaires sexuelles sur les réseaux sociaux". Nordahl Lelandais et Alain Jacubowicz  noueront une relation de client / avocat, respectueuse et humaine. L'avocat y décrit "une main sur l'épaule", les photos des parents de Lelandais dans la cellule, le meurtrier présumé qui reprend des études en prison.

Alain Jacubowicz se défend de voulant humaniser son client à quelques mois d'un procès dans l'affaire Maëlys (attendu pour 2020). "Ce n’est pas, non plus, une plaidoirie avant l’heure". Pourtant, beaucoup de passages de l'ouvrage peuvent le laisser penser.

Une violente critique des média... et de l'enquête du parquet

C'est quand il dénonce le procès de son client déjà fait dans les média que Me Jacubowicz est le plus cinglant. "Même s’il ne veut pas généraliser ». Il dénonce ceux que François Mitterrand avait déjà appelé "les chiens" lors de la mort de Pierre Bérégovoy. "Ce que je sais, c’est qu’ils aboient, et pour certains très fort. Il leur arrive même de mordre." 

Comme souvent dans les affaires judiciaires, l'avocat s'insurge que des éléments de l'enquête se retrouvent dans la presse. « Il y en a assez du bal des faux culs du secret de l’instruction» qui ne s’impose pas aux journalistes (mais aux magistrats et avocats notamment) et notamment les chaînes d’info". 

L'enquête dirigée par le parquet de Grenoble est aussi la cible des attaques de l'avocat. Il dénonce des erreurs de procédure qui justifient selon lui ses interventions télévisées et de faire mal. Très mal. Une instruction bafouée, mais aussi ses moments de doute. Il reconnaît avoir été "tétanisé" lors de la reconstitution de la mort de Maëlys.

Un avocat "tétanisé" face à la violence de son client

Dans certains passages de l'ouvrage, c'est l'émotion et l'incompréhension d'Alain Jacubowicz que l'on ressent. Par exemple, quand il comprend que son client est probablement coupable. Une trace de sang de Maëlys vient d'être découverte dans sa voiture. Et puis Nordahl Lelandais face aux preuves : "Il m’écouta, me regarda sans me voir, les yeux humides, le teint blafard. Il comprit que la partie était terminée et qu’il avait perdu".

Lors de la reconstitution de la mort de Maëlys, Me Jacubowicz reconnaît avoir été "tétanisé" . Son client frappe la poupée de chiffon qui représente la petite fille : "Je  n’imaginais pas qu’il fût possible de porter des coups d’une telle violence dans la position dans laquelle il se trouvait". Et moi qu'est-ce que je faisais là ?".

La mort d'Arthur Noyer : il a failli refuser le dossier

Le dossier de trop. Il pouvait défendre Nordahl Lelandais seulement dans l'affaire de la mort de Maëlys. J’étais entré dans ce dossier avec la volonté de faire triompher la vérité, seul contre tous, mais celle-ci allait triompher de moi et je me retrouvais seul contre tous. Le roi était nu. Échec et mat. J’avais une seule envie, tout envoyer balader".

Il raconte une nouvelle rencontre "glaciale" avec son client. Nordahl Lelandais ne "semblait pas paniqué. Seulement abattu". L'avocat jouera ensuite un autre rôle qui devient le sien : celui de faire "accoucher" son client de la vérité. Face aux preuves, Nordahl Lelandais dira où se trouvent les corps d'Arthur Noyer et de Maëlys.

Les menaces et les insultes

Depuis qu'il défend Nordahl Lelandais, Me Jacubowicz est insulté sur les réseaux sociaux notamment : "Je vous souhaite le pire pour vous et votre famille", "Va mourir en enfer", "Vous êtes un monstre". Face à ça l'avocat assume dans son livre. Impossible aussi de ne pas y voir les premiers axes de sa ligne de défense : une enquête avec des erreurs, des média à charge, un accusé "paumé". 

On retiendra quand même cette phrase :  J’avais repensé au vieux principe naguère enseigné par les avocats pénalistes : « N’oublie jamais que ton pire ennemi, c’est ton client. » Alain Jakubowicz explique avoir informé Nordahl Lelandais de l'écriture du livre. Il a obtenu son accord.

  • Auteur : Alain Jakubowicz
  • Editeur : Plon
  • Date de parution : 14/11/2019
  • Format : 15cm x 24cm
  • Nombre de pages : 264
 Soit je gagne, soit j'apprends - De Klaus Barbie à Nordahl Lelandais, l'avocat raconte - Aucun(e)
Soit je gagne, soit j'apprends - De Klaus Barbie à Nordahl Lelandais, l'avocat raconte - © Editions Plon
Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu