Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

L'avocat de Patrice Alègre : "Ce n'est pas une demande de libération mais un aménagement de peine"

-
Par , France Bleu Occitanie, France Bleu

À la veille de déposer la première demande d'aménagement de peine, Me Alfort, l'avocat du tueur en série évoque la procédure et nous raconte l'état d'esprit de son client après 22 ans de détention.

Me Pierre Alfort dans son bureau à la veille de se rendre dans l'Allier pour enclencher la procédure pour Patrice Alègre
Me Pierre Alfort dans son bureau à la veille de se rendre dans l'Allier pour enclencher la procédure pour Patrice Alègre © Radio France - Stéphanie Mora

Toulouse, France

Ce vendredi, l'avocat de Patrice Alègre dépose à Moulins dans l'Allier une demande d'aménagement de peine. Vingt deux ans pile à la fin de la peine de sûreté qui accompagnait sa condamnation à perpétuité. Patrice Alègre avait été condamné en 2002 pour le viol puis le meurtre de cinq femmes ainsi que le viol et une tentative de meurtre sur une sixième. Sa détention avait en réalité démarré en 1997. 

Un aménagement de peine strict

Maître Pierre Alfort insiste sur le fait qu'il ne s'agit pas d'une demande de remise en liberté mais bien d'un aménagement de peine. 

Cela signifie que dans les deux à quatre mois qui viennent plusieurs experts vont rencontrer Patrice Alègre, évaluer son psychisme, sa dangerosité, s'il a changé après 20 ans de détention... Ensuite ils transmettront leurs avis à un tribunal d'application des peines qui dira s'il accepte la demande du tueur en série. 

"La question du bien-fondé de cette demande va dépendre exclusivement de rapports psychiatriques et psychologiques et de la sagesse d'un tribunal d'application des peines (...) Il serait alors vraisemblablement placé sous surveillance électronique avec un domicile fixe, des moments de sortie extrêmement limités pour aller travailler et le reste du temps il serait enfermé à son domicile. Il est hors de question - et Patrice Alègre en a conscience - d'une remise en liberté sèche" - Me Pierre Alfort.

Il ne veut pas "choquer les familles"

Me Alfort n'avait pas revu son client depuis 16 ans. Il l'a rencontré il y a quelques jours dans sa prison de Moulins. 

"Je l'ai trouvé vieilli bien évidemment - je ne suis pas psychiatre - mais j'ai noté une évolution, un certain recul par rapport aux atrocités qu'il a pu commettre. Et quelqu'un qui m'a parlé des familles de victimes, qui m'a clairement indiqué qu'il ne souhaitait pas que cette demande puisse un seul instant les choquer. Avant le procès, il jugeait que les soins n'étaient pas opportuns mais à partir du moment où il a été jugé et placé en centrale, il a entamé un travail psychologique, suivi par plusieurs psychologues. J'attends avec impatience le résultat de tout cela à travers les rapports qui vont être rendus" - Me Pierre Alfort. 

Patrice Alègre a aujourd'hui 51 ans.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu