Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

L'avocat des 243 ex-salariés de La Halle dénonce "l'angoisse permanente" de ses clients exposés à l'amiante

-
Par , France Bleu Berry, France Bleu

Le tribunal des prud'hommes de Châteauroux a fixé une date de procès dans l'affaire de l'amiante du dépôt de La Halle à Issoudun. 243 ex-salariés réclament la la reconnaissance d'un préjudice d'anxiété, pour avoir été exposés à cette substance à leur insu pendant plusieurs années.

Maître Daniel Guiet, avocat de 243 ex-salariés de La Halle à Issoudun qui veulent faire reconnaître un préjudice d'anxiété lié à la présence d'amiante sur leur lieu de travail
Maître Daniel Guiet, avocat de 243 ex-salariés de La Halle à Issoudun qui veulent faire reconnaître un préjudice d'anxiété lié à la présence d'amiante sur leur lieu de travail © Radio France - Carl Dechâtre

Il y aura un procès de l'amiante pour 243 ex-salariés du dépôt de La Halle d'Issoudun. Un dépôt fermé cet été suite à l'arrêt de l'activité. En plus de leurs licenciements les salariés avaient appris, médusés, via un rapport de la Direccte qu'ils avaient été exposés à leur insu et pendant des années à la présence d'amiante dans les plafonds de leur lieu de travail.

La majorité d'entre eux avait donc décidé de déposer plainte pour faire reconnaître un préjudice d'anxiété. En cause l'angoisse de vivre en sachant qu'on a été exposé, parfois pendant des années, à cette substance cancérigène. Ce mardi matin le tribunal des prud'hommes de Châteauroux a donc statué en faveur de la tenue d'un procès le 12 octobre prochain. En raison du nombre très important de plaignants, ce procès se tiendra à la cité du numérique sur le site de l'ancienne usine Balsan. 

Manque d'information et absence de suivi médical 

La crainte de ces anciens salariés, c'est d'avoir respiré de l'amiante et qu'il y ait des conséquences sur leur santé. "On connaît tous les effets extrêmement néfastes et dangereux de l'amiante. Malheureusement, tous ces salariés que je représente ont été amenés à travailler dans un dépôt amianté, du sol au plafond, avec un déplacement de poussières permanent, d'où un risque pour leur santé. Bien entendu, dans l'avenir, parce que l'amiante a court terme ou à long terme, voire à très long terme, peut développer des maladies extrêmement graves." dénonce l'avocat des plaignants, maître Daniel Guiet, qui déplore le manque d'information de ces clients et l'absence de suivi médical depuis.  

Audience exceptionnelle

Face à cette situation l'espoir des anciens salariés est donc la reconnaissance de ce préjudice d'anxiété. Une reconnaissance qui ne peut désormais plus se traduire "malheureusement" selon leur avocat que par une aide financière. Une aide qu'il espère conséquente surtout compte tenu de la situation de ses salariés qui n'ont appris la nouvelle de leur exposition à l'amiante qu'au moment de leur licenciement.

Ces aides dépendront de leur ancienneté, maître Guiet réclame des montants allant de 7.500 à 20.000 euros. Ces demandes seront plaidées à l'occasion de l'audience d'octobre prochain.

Maître Daniel Guiet, avocat des 243 ex-salariés de la Halle à Issoudun qui portent plainte pour préjudice d'anxiété suite à leur exposition à l'amiante

Choix de la station

À venir dansDanssecondess