Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

L'éducation aux médias s'invite dans les classes du Cotentin

-
Par , France Bleu Cotentin

Tout au long de l’année, des collégiens et aux lycéens découvrent l'univers des métiers du journalisme. A l’occasion de cette semaine de la presse et des médias dans l'école, rencontre avec des élèves du collège Le Ferronay qui réalisent leur propre journal.

Depuis presque 8 ans, les collégiens publient leur propre journal, vendu 10 centimes à leurs camarades.
Depuis presque 8 ans, les collégiens publient leur propre journal, vendu 10 centimes à leurs camarades. © Radio France - Léa Guedj

Au collège Le Ferronay de Cherbourg-en-Cotentin, ils sont une quinzaine d’élèves, de la sixième à la troisième, à se réunir chaque lundi midi. Autour d’une table du CDI, ils élaborent leur propre journal, le Komydiz, alimenté par leur enquêtes, reportages et témoignages, pour le distribuer à leurs camarades.

‟C’est totalement libre”, assure Christelle Lepoittevin. ‟Ils abordent des thèmes très variés, ça peut être le sexisme, le harcèlement à l’école… Le dernier numéro porte sur ce qu’il se passe dans la région”, détaille la documentaliste qui les encadre. Bien qu’ils ne soient pas ‟encore très intéressés par les médias” et qu’ils ‟lisent très peu les journaux”, elle reste convaincue que ‟c’est une curiosité à développer” dès le collège.

Décrypter "un tas d'informations"

Il suffit d’un petit tour de table pour s’apercevoir des habitudes des élèves vis-à-vis de l’information. La télé, c’est le journal de 20 heures avec les parents ou les chaînes d’information diffusées en continue chez Quentin, 11 ans. La radio, c’est avec sa maman pour Éloïse, en classe de Cinquième, et la presse quand elle passe chez ses grands-parents. Mais les nouvelles défilent surtout sur l’écran de leur téléphone, sur les réseaux sociaux. Janine, par exemple, 14 ans, navigue entre les chaînes YouTube spécialisées ‟qui donnent un point de vue différent des journaux télévisés, plus critique”, à ses yeux.

Avec leur journal Komydiz, les apprentis journalistes ont obtenu le premier prix du concours Médiatiks de l'académie. - Radio France
Avec leur journal Komydiz, les apprentis journalistes ont obtenu le premier prix du concours Médiatiks de l'académie. © Radio France - Léa Guedj

‟Ils ont accès à un tas d’informations sur internet, ça n’est pas évident de se rendre compte si on est manipulé, surtout quand on est adolescent”, explique Christelle Lepoittevin. Elle tient à en faire des ‟citoyens avertis”, capables de ‟vérifier les sources”, de distinguer les ‟médias crédibles”. ‟En écrivant eux-mêmes des articles, ils s’aperçoivent qu’ils ne peuvent pas mentir, car après c’est leur intégrité qui sera remise en cause, estime-t-elle, ils se rendent compte qu’ils sont soumis à un devoir de sérieux et de véracité.” Une ‟responsabilité” que ressent Éloïse, en ayant ‟l’impression d’être un peu journaliste”.

Chaque journaliste fait selon ses opinions, donc je ne pense pas que ce soit neutre.

Du haut de ses 12 ans, Axelle peine néanmoins à s’y retrouver entre ‟des chaînes qui disent les mêmes informations, mais pas de la même manière”. Alors, pour ‟discerner le vrai du faux”, elle compte sur ses parents. Quant à Anna, en classe de 3ème, écrire dans le journal du collège a aiguisé son sens critique. ‟Quand on écrit un article, on se demande ce qu’on veut dire, faire passer, donc on comprend qu’il y a un angle, un point de vue, juge l’adolescente de 14 ans, chaque journaliste, chaque chaîne d’information fait selon ses opinions, donc je ne pense pas que ce soit neutre.” Méfiante vis-à-vis du petit écran, elle préfère multiplier les sources d’informations.

Le 5 avril, la quinzaine de collégiens se joindra aux clubs presse d’autres établissements du Cotentin – Jean-François Millet, Cachin et Bucaille-Charcot – pour visiter la Maison de la Radio, à Paris.

Les élèves de troisième participent aux "classes-presse", sur le thème du 75e anniversaire du Débarquement en Normandie. - Radio France
Les élèves de troisième participent aux "classes-presse", sur le thème du 75e anniversaire du Débarquement en Normandie. © Radio France - Léa Guedj

En parallèle, des élèves de Troisième font également partie des 14 classes des collèges de la Manche à participer à l'opération "classes-presse", cette année sur le thème du 75ème anniversaire du Débarquement en Normandie. Encadrés par des enseignants et un "journaliste parrain", ils rédigent des articles qui concourront ensuite à des prix d'écriture et d'illustration. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu