Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

L'effondrement mortel d'un immeuble bientôt jugé à Perpignan

-
Par , France Bleu Roussillon

Il y aura bien un procès après l’effondrement d’un immeuble dans le quartier Saint-Mathieu de Perpignan en 2009. Un architecte, une société de construction et l’office public de l’Habitat sont renvoyés devant la justice.

image par défaut

L'Office public de l'habitat de Perpignan, une société de construction et un architecte sont renvoyés devant le tribunal correctionnel pour « homicide involontaire » , à la suite de l'effondrement d'un immeuble en 2009.Un septuagénaire , qui louait un appartement au rez-de-chaussée où il vivait avec sa femme et son fils, avait été tué le 21 février 2009 dans l'effondrement de cet immeuble situé dans le quartier Saint-Matthieu, dans le vieux Perpignan.Son épouse avait été grièvement blessée : elle n'avait eu la vie sauve que parce qu'elle avait été protégée par un meuble. Quant au fils, il avait eu la vie sauve en allant acheter des cigarettes.Très rapidement, ce dernier avait déposé plainte tandis que le parquet de Perpignan ouvrait une enquête: une entreprise de démolition avait détruit l'immeuble attenant quelques jours auparavant et ces travaux avaient pu fragiliser l'immeuble effondré.La démolition avait été effectuée par l'entreprise de construction Delta Construction , diligentée par l'office public de l'habitat de Perpignan qui en avait confié la maîtrise d'œuvre à un architecte de Perpignan.Conformément aux réquisitions du parquet, le juge d'instruction a renvoyé début août ces trois parties devant le tribunal pour "homicide et blessures involontaires par maladresse, imprudence, négligence ou manquement à une obligation de sécurité ou de prudence"."Une bonne partie des maisons dans le vieux quartier de Perpignan sont construites sans fondation. Ces maisons se tiennent comme un château de cartes , les unes avec les autres ", explique l'avocat de la partie civile, Me Jean Codognès. "Les intervenants étaient parfaitement prévenus du danger qu'il y avait à abattre une maison. Visiblement, ils n'ont pas voulu financer l'étude ou prendre des mesures pour renforcer la maison voisine qui s'est effondrée "L'audience, qui n'a pas encore été fixée, devrait susciter l'intérêt de nombreux perpignanais, l'effondrement d'immeubles vétustes revenant régulièrement à la une de l'actualité dans leur ville. Jeudi dernier, une partie de l'escalier d'un immeuble du même quartier s'est également effondrée, sans toutefois faire de blessés.

(Avec AFP)

 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess