Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : Attentat de Saint-Étienne-du-Rouvray

L'émotion à Bordeaux après le drame de Saint-Étienne-du-Rouvray

mercredi 27 juillet 2016 à 6:00 Par Yassine Khelfa M'Sabah, France Bleu Gironde

Après la prise d'otages et la mort du prêtre Jacques Hamel à Saint-Étienne-du-Rouvray, l'émotion est vive partout en France. Depuis Cracovie, Monseigneur Ricard, l'archevêque de Bordeaux appelle à l'apaisement et à ne pas céder au piège de Daech.

Un prêtre est mort lors d'une prise d'otages dans une église de Saint-Étienne-du-Rouvray près de Rouen (illustration)
Un prêtre est mort lors d'une prise d'otages dans une église de Saint-Étienne-du-Rouvray près de Rouen (illustration) © Maxppp - IAN LANGSDON

Bordeaux, France

À Bordeaux, au sein de la Cathédrale Saint-André, très fréquentée par les touristes, il y avait beaucoup d'émotions dans certains regards de fidèles ou simple visiteurs.

"C'est atroce, c'est affreux, je ne peux rien dire de plus". — Michel, en larmes en apprenant la nouvelle

"De voir que des gens disent faire cela au nom de la religion parce qu'ils croient en Dieu, c'est très triste." — Peyon, séminariste

Le monde est de plus en plus frappé par Daech. De Kaboul à Bagdad en passant par Istanbul, chaque pays compte ses morts. En Europe, la France est évidemment touchée de plein fouet, au même titre que l'Allemagne. Pour beaucoup de visiteurs rencontrés à la cathédrale ce mardi, il faut aller de l'avant et relativiser, ne pas céder à la peur.

"Nous ne devons pas changer nos habitudes. C'est ce que Daech voudrait, nous devons continuer à vivre, nous ne faisons rien de mal, c'est eux qui font le mal." — Bilgit, touriste allemande de Cologne

Pas assez protégés ? 

Un sentiment qui est partagé par bon nombre de personnes également. Certains rejettent la faute sur le gouvernement, d'autres comme Bernard, un bénévole de la Cathédrale Saint-André de Bordeaux, "il faut rétablir la présence militaire devant toutes les églises"
Mais pour le porte-parole du diocèse, cette mesure serait inefficace et difficilement applicable.

"Il y a 563 églises sur le Diocèse de Bordeaux, sans compter les chapelles. Je trouverai dommage qu'on doive être fouillé pour entrer dans les églises. On voit bien que quelque soit les mesures de sécurité prises, elles sont toutes contournées. Il ne peut pas y avoir un gendarme devant chaque citoyen." — Père Jean Rouet, vicaire général du Diocèse de Bordeaux.