Faits divers – Justice DOSSIER : L'incendie de Gabian

L'émotion des sapeurs-pompiers héraultais après l'incendie qui a blessé quatre des leurs

Par Elisabeth Badinier, France Bleu Hérault jeudi 11 août 2016 à 20:10

Le colonel Risdorfer, patron des pompiers de l'Hérault
Le colonel Risdorfer, patron des pompiers de l'Hérault © Maxppp -

Les quatre pompiers blessés dans l'incendie au sud de Bédarieux (Hérault) mercredi sont toujours hospitalisés. Trois sont dans un état grave. Le colonel Christophe Risdorfer, patron des pompiers de l'Hérault, fait le tour des casernes pour soutenir ses hommes très éprouvés par ce drame.

Le patron des sapeurs-pompiers de l'Hérault ne souhaite pas donner trop de précision sur l'état de santé des quatre pompiers blessés mercredi après-midi dans l'incendie qui a ravagé 200 hectares de pinède et de garrigue sur la commune de Roquessels au sud de Bédarieux, par respect pour les familles.

Tous sont encore hospitalisés, dont trois dans un état très grave. "Les pronostics restent extrêmement réservés, mais ils sont dans les meilleures mains possibles" explique le colonel Christophe Risdofer.

Le colonel Christophe Risdorfer, patron du SDIS de l'Hérault

"Ce matin tout était chargé d'une très grande émotion".

"Nous sommes tous très impactés, ceux qui ont vécu l'événement mais aussi tous les pompiers du Service d'incendie et de secours, y compris les personnels administratifs et techniques. Ce matin tout était chargé d'une grande émotion. Ce qui nous préoccupe le plus c'est l'évolution de l'état de santé de nos collègues."

"C'est le temps du recueillement et de la solidarité".

"Le CHU de Montpellier nous a envoyé la cellule d'écoute psychologique, l'ensemble des personnels concernés a pu être entendu. Dès ce matin, nous étions en groupe de paroles et nous passons dans les casernes dont les sapeurs-pompiers blessés sont originaires et nous parlons, c'est le temps du recueillement, de la solidarité entre nous, c'est le temps des sapeurs pompiers aujourd'hui, chacun en a conscience et le vit avec émotion, gravité et pragmatisme.

Le colonel Christophe Risdorfer, patron du SDIS de l'Hérault

"Chacun sait se reprendre, nous le devons à nos camarades".

"Chacun a le droit de mettre un pied à terre à un moment donné. Mais, le pragmatisme l'emporte, nous sommes un corps de sapeurs-pompiers, et chacun, passé le moment de l'émotion, sait se reprendre, sait faire preuve de pragmatisme. Le travail reprend le dessus, nous le devons à nos camarades accidentés."

Le colonel Christophe Risdorfer, patron du SDIS de l'Hérault