Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Affaire PPDA

L'enquête pour "viols" visant le journaliste Patrick Poivre d'Arvor est classée sans suite

- Mis à jour le -
Par , France Bleu, France Bleu Armorique, France Bleu Breizh Izel, France Bleu Champagne-Ardenne

L'enquête pour "viols" concernant le journaliste Patrick Poivre d'Arvor a été classée sans suite ce vendredi. Le parquet de Nantes estime qu'il y a "prescription" ou "insuffisance de preuves". Au total, huit plaintes avaient été déposées devant la justice.

L'enquête pour "viols" visant PPDA finalement classée sans suite
L'enquête pour "viols" visant PPDA finalement classée sans suite © Maxppp - MICHAEL ESDOURRUBAILH

Les huit plaintes contre le journaliste Patrick Poivre d'Arvor ont été classées sans suite, annonce le parquet de Nanterre ce vendredi. La majorité des faits dénoncés sont prescrits et les autres n'ont pas pu être caractérisés.

L'affaire a éclaté après le dépôt de plainte le 15 février de Florence Porcel, qui reproche au journaliste et romancier, aujourd'hui âgé de 73 ans, de lui avoir imposé un rapport sexuel en 2004 et une fellation en 2009.  Depuis, des témoins éventuels des faits dénoncés ou encore des personnes faisant partie de l'environnement professionnel de Patrick Poivre d'Arvor et de Florence Porcel, ont été entendus. 

Au total, vingt-trois femmes ont témoigné et huit plaintes ont été déposées. Pour la justice, "ces faits (…) ne peuvent caractériser le crime de viol dans la mesure où aucun élément ne permet de confirmer les propos de l'un ou de l'autre concernant l'existence de cette scène", a écrit la procureure de Nanterre Catherine Denis.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess