Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

L'enquête sur la mort d'Adama Traore dépaysée à Paris

mercredi 26 octobre 2016 à 14:18 - Mis à jour le mercredi 26 octobre 2016 à 14:34 Par Sylvie Charbonnier et France Bleu, France Bleu Paris et France Bleu

C'était le souhait de la famille du jeune homme, mort, lors de son interpellation, en juillet, à Beaumont sur Oise : l'enquête sur les circonstances de son décès est dépaysée à Paris.

manifestation Adama Traore
manifestation Adama Traore © Radio France - AFP Dominique Faget

Paris, France

Pour les parents d'Adama Traore, la bavure policière ne fait pas de doute. La famille s'est déjà montrée très critique, à l'égard de la manière dont était conduite l'enquête et de la communication du procureur de Pontoise. Ils ont donc réussi à obtenir le dépaysement de l'information judiciaire à Paris, une enquête sur des faits de violences volontaires ayant entraîné la mort, sans intention de la donner.

La mort du jeune homme de 24 ans, lors de son interpellation, le 19 juillet, avait entraîné plusieurs nuits d'émeutes et de violences à Beaumont-sur-Oise et dans les communes voisines.

Malgré deux autopsies, la cause du décès d'Adama Traore n'a jamais pu être établie avec certitude. Le jeune homme avait été maintenu au sol, sous le "poids des corps" de trois gendarmes, d'après les témoignages, provoquant un syndrome asphyxique. La famille d'Adama a porté plainte, notamment contre une gendarme, pour "faux en écritures publiques aggravés, dénonciation calomnieuse, modification de scène de crime. Une procédure que l'avocat de la famille souhaiterait également voir transférée à Paris.