Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

L'enquête sur le crash de l'avion d'Air Algérie en 2014 avance

lundi 24 juillet 2017 à 11:11 Par Alain Ginestet, France Bleu Creuse et France Bleu

Ce lundi marque le troisième anniversaire du crash d'un avion d'Air Algérie le 24 juillet 2014 au Mali. 116 personnes avaient trouvé la mort, dont 54 Français. Parmi eux: une famille creusoise de Sainte-Feyre, dont la disparition avait bouleversé la Creuse. L'enquête a récemment beaucoup progressé.

Les débris de l'avion d'Air Algérie qui s'était écrasé au Mali en Juillet 2014
Les débris de l'avion d'Air Algérie qui s'était écrasé au Mali en Juillet 2014 © Maxppp - STR

Cette catastrophe aérienne avait plongé la Creuse dans un terrible effroi. Les cinq membres de la famille Gineste, originaires de Sainte-Feyre avait péri dans l'accident, pour lequel la compagnie espagnole Swiftair, qui avait affrété l'appareil, a récemment été mise en examen.

C'est la première mise en examen dans ce dossier

La compagnie Swiftair a été mise en examen par la justice française pour "homicides involontaires par maladresse, imprudence, inattention, négligence ou manquement à une obligation de prudence ou de sécurité". C'est la première mis en examen dans cette affaire. Les juges français saisis du dossier s'appuient notamment sur une expertise judiciaire rendue il y a sept mois. Elle pointe du doigt les pilotes de l'appareil qui, aux yeux des experts, n'étaient pas au niveau. Leur entraînement au sol et sur simulateur était "insuffisant et incomplet", disent-ils, ce qui explique leur "manque de réaction adaptée". Ils sont notamment accusés de ne pas avoir activé pas le système d'antigivre des sondes-moteur, alors que le givrage de ces sondes aurait conduit à la perte de vitesse de l'appareil puis à son décrochage.