Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

L'enquête sur le policier frappé à Aulnay se poursuit, pas de procès pour l'instant

jeudi 4 janvier 2018 à 13:33 Par Rémi Brancato, France Bleu Paris et France Bleu

Suite aux violences sur un policier lundi soir à Aulnay-sous-Bois, en Seine-Saint-Denis, cinq jeunes devaient intialement être jugés ce jeudi, à Bobigny. Finalement le parquet annonce avoir saisi un juge d'instruction pour une poursuite de l'enquête. Une vidéo publiée sur Internet pose question.

Une vidéo publiée sur Internet pose question sur les conditions de l'interpellation
Une vidéo publiée sur Internet pose question sur les conditions de l'interpellation - Capture d'écran Twitter (@Oumy_Thurman)

Aulnay-sous-Bois, France

Finalement le parquet de Bobigny a changé d'avis : il n'y aura pas de procès, pour l'instant, ce jeudi, en comparution immédiate pour les jeunes âgés de 14 à 24 arrêtés lundi soir après des coups portés à un policier de la BAC, dans la cité des 3000 d'Aulnay-sous-Bois. Trois devaient être jugés pour violences en réunion sur le policier, dont un mineur de 14 ans, qui devait lui comparaître devant un juge des enfants. Deux autres devaient être jugés pour trafic de stupéfiants, pour l'un, et pour refus de prise d'empreintes, pour le dernier. Finalement le parquet a choisi de les présenter à un juge d'instruction, qui sera en charge de la poursuite de l'enquête.

Des "investigations supplémentaires"

Selon le parquet de Bobigny, c'est un "simple changement d'orientation", en vue de mener "des investigations supplémentaires". On ignore pour quelle raison l'enquête doit se poursuivre. Cependant, la publication d'une vidéo sur Internet, mercredi, pose plusieurs questions.

Une vidéo montre des coups sur un jeune au sol

On y voit un jeune, casqué, au sol, frappé par un homme en civil qui se trouve sur lui. L'homme brandit ensuite une arme de poing. Il pourrait donc s'agir d'un des deux policiers de la BAC, puisque ils ont expliqué avoir tiré en l'air. Par ailleurs, comme France Bleu Paris l'écrivait dès hier, un des deux policiers reconnait avoir porté des coups sur le jeune homme, un usage "strictement nécessaire de la force", selon une source proche de l'enquête, puisque le jeune homme se serait débattu et aurait tenté de frapper le policier avec son casque.

Au départ, les policiers assurent être intervenus pour interpeller l'adolescent de 14 ans, qui circulait à scooter, et qui était soupçonné de trafic. Ils ont ensuite été pris à partie. L'un d'eux a été frappé, par une dizaine de jeunes, selon une source policière. Le policer frappé a écopé de 8 jours d'interruption totale de travail (ITT). 

Cette interpellation musclée intervenait au lendemain des violences sur des policiers, lors du réveillon du jour de l'an, à Champigny sur Marne, dans le Val-de-Marne, qui ont suscité la colère des syndicats policiers.