Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

L'espoir pour les salariés de la cristallerie Baccarat, exposés à l'amiante

jeudi 10 novembre 2016 à 17:08 Par Esteban Pinel, France Bleu Sud Lorraine

140 salariés et anciens salariés de la cristallerie Baccarat, exposés à l'amiante, avaient rendez-vous au conseil des prud'hommes de Nancy ce jeudi. Ils demandent la reconnaissance d'un préjudice d'anxiété. Le jugement est mis en délibéré mais la jurisprudence pourrait être en leur faveur.

290 salariés et anciens salariés de Baccarat veulent être indemnisés pour "préjudice d'anxiété", lié à l'exposition à l'amiante.
290 salariés et anciens salariés de Baccarat veulent être indemnisés pour "préjudice d'anxiété", lié à l'exposition à l'amiante. © Maxppp - Alexandre Marchi

Nancy, France

En tout, 290 salariés et anciens salariés de la cristallerie Baccarat, exposés à l'amiante au travail, veulent faire reconnaître un préjudice d'anxiété et être indemnisés en conséquence. 32 dossiers avaient été déboutés au mois de mars par le conseil des prud'hommes de Nancy. Ce jeudi 10 octobre, ce sont 140 dossiers qui ont été examinés. La décision a été mise en délibéré au 11 mai 2017.

Une jurisprudence favorable

"On s'attend encore à être débouté. Nous ne sommes pas surpris car le conseil des prud'hommes ne tient pas compte de la jurisprudence de la cour d'appel", déplore Eric Rogue, secrétaire du comité d'entreprise de Baccarat et vice président de l’ADDEVA 54 (Association départementale de défense des victimes de l’amiante). En effet, la cour d'appel de Nancy avait notamment tranché en faveur des anciens salariés de l'usine Trailor de Lunéville, dans une affaire similaire. Plus récemment, des salariés de Bosch ont obtenu de meilleurs indemnisations devant la justice.

Pour les salariés, c'est donc la procédure de l'espoir. L'un d'eux affichait sa détermination juste avant l'audience.

On est là pour gagner. Notre avocat nous a donné de bonnes nouvelles, parce que des salariés comme nous ont eu gain de cause. On se considère comme des victimes de l'amiante. Notre santé s'est dégradée. Il faut qu'on se défende, et qu'on nous dédommage".

Les salariés de Baccarat font le point avec leur avocat juste avant l'audience. - Radio France
Les salariés de Baccarat font le point avec leur avocat juste avant l'audience. © Radio France - Esteban Pinel

Plusieurs plaignants présentent des maladies en lien avec l'amiante. les représentants des salariés évoquent même un premier décès. "La procédure est longue. Plus le temps passe, plus il y a le risque que des victimes ne soient plus là", pointe Eric Rogue.

118 salariés et anciens salariés de Baccarat passeront devant le conseil des prud'hommes de Nancy le 2 février 2017. Les plaignants espèrent des indemnités à hauteur (au minimum) de celles des anciens de Trailor, soit 10 000 €.