Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Meurtre d'Agnès Marin

L'État condamné pour "faute lourde" dans l'affaire Agnès Marin

Le Chambon-sur-Lignon, France

L'État est condamné pour avoir remis en liberté le jeune agresseur d'Agnès Marin de manière précipitée. La famille de l'adolescente percevra 185.000 euros de dommages et intérêts.

La forêt du lycée Cévenol.
La forêt du lycée Cévenol. © Maxppp - max ppp

L’État a été condamné pour "faute lourde" dans l'affaire Agnès Marin, adolescente violée et assassinée en 2011 en Haute-Loire par un de ses camarades, scolarisé au lycée Cévenol du Chambon-sur-Lignon. Le jeune homme avait été remis en liberté après une condamnation dans une affaire de viol. Dans un jugement rendu le 24 avril, le tribunal de grande instance de Paris a estimé que des "fautes" ont été "commises lors de la mise en liberté" de ce jeune homme. L’État a été condamné à verser 185.000 euros de dommages et intérêts à la famille de la victime.

La famille d'Agnès Marin avait engagé des poursuites contre l’État. Il était reproché au juge d'instruction d'avoir ordonné la remise en liberté du jeune homme, sans attendre les conclusions de l'enquête socio-éducative et de l'expertise psychiatrique. Le Tribunal de grande instance de Paris a donc tranché. "Ces négligences fautives (...) doivent être assimilées à une faute lourde qui a pu favoriser le passage à l'acte", concluent les juges dans leur décision. L'avocat de la famille Maître Szpiner a réagi sur les réseaux sociaux.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu