Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

L'État condamné pour négligence après le suicide d'un détenu à Amiens

vendredi 10 mars 2017 à 16:38 - Mis à jour le vendredi 10 mars 2017 à 17:25 Par Vanessa Lamarre, France Bleu Picardie et France Bleu

Le tribunal administratif d'Amiens a reconnu ce vendredi la négligence de l'administration pénitentiaire, après le suicide d'un détenu à la maison d'arrêt d'Amiens en 2011.

Un détenu s'était suicidé à la maison d'arrêt d'Amiens en 2011
Un détenu s'était suicidé à la maison d'arrêt d'Amiens en 2011 © Radio France - France Bleu Picardie

Amiens Prison

L'État est condamné par le tribunal administratif d'Amiens à verser 40.000 euros à la famille d'un détenu qui s'était suicidé à la maison d'arrêt d'Amiens en mars 2011. L'homme âgé de 41 ans avait avalé une boîte de médicaments dans sa cellule. Après l'audience du 14 février, le tribunal a rendu sa décision ce vendredi.

Un manque criant de moyens"

Une décision qui doit pousser l'administration pénitentiaire à prendre des mesures pour maître Arnaud Godreuil, avocat de la famille du détenu décédé. Il dénonce le manque d'effectif et de formation des personnels pénitentiaires.

Maître Arnaud Godreuil

Dans ce dossier, un surveillant de la maison d'arrêt, condamné pour non assistance à personne en danger, avait finalement été relaxé en 2015.

Depuis ce drame rien n'a changé

"On n'est pas à l'abri de nouveaux drames comme celui de mars 2011", se désole Franck Dropsy, le secrétaire local de l'Unsa justice Ufap. La prison amiénoise fait partie du "programme de rénovation" permanente : ce qui n'apporte ni place ni personnel supplémentaire, réplique le syndicaliste. L'établissement compte aujourd'hui 470 détenus et seulement 120 surveillants.