Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

L'Étrat : frappée et traitée de "sale bougnoule" devant ses enfants

lundi 18 juin 2018 à 19:22 Par Faustine Mauerhan, France Bleu Saint-Étienne Loire

Info France Bleu | Pour une sombre histoire de chien en liberté dans un parc, une habitante de L'Etrat a été frappée et insultée par une autre femme le vendredi 8 juin. SOS Racisme alerte sur ces faits, de plus en plus fréquents dans la Loire.

Photo d'illustration
Photo d'illustration © Maxppp - Christian Watier

L'Etrat, France

La victime a encore l’œil un peu bleu mais c'est surtout le choc psychologique qui lui pèse. "Mes enfants sont traumatisés, le plus petit se réveille la nuit, le grand ne veut plus aller à l'école", raconte cette mère de deux petits garçons de 8 et 3 ans, française d'origine kabyle. Le vendredi 8 juin, en sortant du périscolaire à l'école de L'Étrat, ils se retrouvent tous les trois au parc. Un chien en liberté y course les enfants. La maman va alors demander à la propriétaire de l'animal d'e l'attacher, comme le demande les panneaux à l'entrée du jardin d'enfants. Mais c'est une volée d'insultes qu'elle reçoit en guise de réponse. "Sale bougnoule, rentre chez toi. Dégage dans ton pays" nous raconte-t-elle, décrivant une "crise d'hystérie". D'après l'association SOS Racisme qui se tient informée de l'avancée de l'enquête auprès des gendarmes, il faut même plusieurs parents d'élèves pour maîtriser la femme. La victime a quand même le temps de prendre un coup dans l’œil et de se faire fouetter à coups de laisse, devant ses enfants qui ont assisté à toute la scène, jusqu'à l'arrivée des gendarmes.  

Une plainte à la gendarmerie

Le soir même, la mère de famille se rend aux urgences faire constater ses blessures, qui lui valent 5 jours d'ITT. Puis le lendemain, c'est à la gendarmerie qu'elle se rend, porter plainte pour coups et blessures et pour injures racistes. Une enquête est en cours et pour l'instant elle ne retient pas de liens entre les coups et les propos racistes. Les investigations se poursuivent, les témoins et les deux femmes ont été entendus. La propriétaire de l'animal ayant elle aussi porté plainte contre la mère de famille. En attendant, cette dernière ne travaille plus, elle soigne son anxiété et ses enfants sont suivis par un psychologue.

La mère de famille : "On se sent humiliée, je n'en dors plus, je ne mange plus, je ne baisserai pas les bras."

Des faits d'une rare violence et sur lesquels a voulu alerter SOS Racisme surtout que Saïd Hamimi remarque une libération de la parole raciste, une augmentation des injures dans le département. "Il n'y a pas une semaine où on ne reçoit pas d'appels pour nous signaler des injures", explique ainsi le responsable juridique de l'antenne ligérienne de l'association. Et de toute sorte, précise-t-il. Les injures anti-blancs sont de plus en plus fréquente également. Mais "en venir à des coups c'est rare et on ne veut pas que ce cap soit franchi, que les coups eux-aussi deviennent plus réguliers", déplore le responsable.

Saïd Hamimi : "Il y a une libération de la parole raciste dans la Loire."