Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

L'ex-animateur de centres de loisirs de Bourbourg condamné à 19 ans de réclusion pour viols sur mineurs

-
Par , France Bleu Nord, France Bleu

Malgré les dénégations de l'accusé, la cour d'assises du Nord n'a pas eu de doutes, au moment de rendre son verdict ce jeudi à Douai : elle condamne Sylvain Dubois à 19 ans de réclusion criminelle. L'ancien animateur de centre de loisirs à Bourbourg a été reconnu coupable de viols sur 7 jeunes.

Le procès de Sylvain Dubois s'est achevé ce jeudi à la cour d'assises du Nord, à Douai
Le procès de Sylvain Dubois s'est achevé ce jeudi à la cour d'assises du Nord, à Douai © Radio France - Cécile Bidault

Bourbourg, France

Après cinq journées éprouvantes, la cour d'assises du Nord a rendu son verdict, ce jeudi soir, dans le procès de Sylvain Dubois. L'ancien animateur de centres de loisirs, à Bourbourg dans le Dunkerquois, âgé de 52 ans, a été reconnu coupable de tous les viols et de toutes les agressions sexuelles dont il était accusé. Sept hommes, des adultes aujourd'hui, sont sortis de leur silence bien des années après les faits, pour dénoncer des centaines d'abus pendant 25 ans, entre 1990 et 2015.

Sylvain Dubois est condamné à 19 ans de réclusion criminelle, et à 10 années de soins obligatoires à sa sortie de prison. Il devra, en outre, dédommager les victimes, pour un montant total de plus de 160 000 euros. Tout au long de son procès il a nié catégoriquement, ne reconnaissant que des relations homosexuelles consenties, avec trois de ces hommes, à l'âge adulte.

Des faits niés tout au long du procès

Les jurés n'ont visiblement eu aucun doute au moment de condamner Sylvain Dubois, car la peine maximale encourue était de 20 ans. Pourtant, l'ancien animateur n'a jamais craqué, ayant toujours une explication à donner très calmement, même lorsqu'on lui demandait pourquoi les adolescents venaient dans son appartement juste au-dessus du centre de loisirs. Jusqu'au bout Sylvain Dubois est resté dans le déni, jusqu'à ses derniers mots avant que la cour ne se retire pour délibérer : "on m'a humilié, sali, je ne comprends pas pourquoi je suis ici".

Ce statut de victime, que l'accusé refuse aux sept plaignants, c'est donc la justice qui leur donne par cette condamnation. Pour François Rosseel, l'avocat d'un de ces hommes, "le fait qu'une culpabilité soit acquise, que le statut de victime soit reconnu, parce que cela fait longtemps qu'ils traînent ces valises-là, c'est une délivrance".

"La douleur sera gravée jusqu'à ma mort" - Mickaël

Une délivrance aussi pour Mickaël, 34 ans aujourd'hui, abusé depuis l'âge de 6 ans. Tout au long du procès il a décrit l'emprise qu'avait sur lui Sylvain Dubois, même une fois devenu adulte. "Ça me soulage, même si la douleur que j'ai en moi sera gravée jusqu'à ma mort. Maintenant mon but, c'est d'aller de l'avant, de faire une thérapie, pour l'effacer de ma tête. J'avais toujours l'impression qu'il était derrière moi, c'était un cauchemar".

ECOUTEZ : Mickaël, l'une des victimes de Sylvain Dubois

L'avocate de Sylvain Dubois a refusé de nous répondre. Il a dix jours pour décider s'il fait, ou non, appel.

ECOUTEZ : reportage à l'issue du verdict

Choix de la station

France Bleu