Faits divers – Justice

L'ex-candidat de "Qui veut épouser mon fils", Giuseppe, condamné à un an de prison ferme pour violences

Par Julien Baldacchino, France Bleu mardi 2 août 2016 à 11:33

Giuseppe et sa mère, en 2014 sur le tapis rouge de Cannes
Giuseppe et sa mère, en 2014 sur le tapis rouge de Cannes © Maxppp -

Giuseppe Polimeno, ancien candidat vedette de l'émission de télévision "Qui veut épouser mon fils", a été condamné lundi à Grasse à deux ans de prison, dont un ferme. Il a été reconnu coupable de harcèlement et de violence sur son ex-compagne.

Il s'était fait connaître par ses phrases choc en 2010 dans le programme de télé-réalité "Qui veut épouser mon fils ?" sur TF1 : Giuseppe Polimeno, 44 ans, a été condamné lundi soir à deux ans d'emprisonnement, dont un ferme, pour violences et harcèlement envers son ex compagne et envers une autre femme.

L'homme, emprisonné depuis le 4 juillet, est donc maintenu en détention. Son ex-compagne, Hinda, mère de l'un de ses deux enfants, a en outre obtenu une indemnisation de 4.000 en raison du préjudice subi : "J'ai perdu mon emploi de directrice dans une boutique de luxe de la Croisette (à Cannes, NDLR) car il venait toute la journée m'insulter sur mon lieu de travail", a-t-elle déclaré lors de l'audience.

"Partout où j'allais, il était là"

"Le scandale continuait en bas de ma résidence (...), partout où j'allais, il était là", a-t-elle poursuivi. Une amie de cette victime a également touché 4.000 de réparations, après avoir reçu deux coups de poing de la part de Giuseppe Polimeno. L'ancienne vedette de télé-réalité est arrivé au procès dans un costume crème avec sa chemise légèrement déboutonnée, que le président de la cour lui a immédiatement demandé de refermer.

Six ans après son succès à la télévision dans l'émission où il était accompagné de sa mère, et deux ans après "Giuseppe Ristorante" diffusé en 2014, Giuseppe Polimeno s'est défendu en déclarant que toutes les femmes voyaient en lui un tiroir-caisse. Victime d'une dépression après sa carrière télévisuelle, il bénéficie aujourd'hui d'une allocation adulte handicapé.

Partager sur :