Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

L'ex-ennemi public n°1, auteur d'un meurtre à Pessac, retourne en prison

jeudi 12 novembre 2015 à 19:33 Par Pierre-Marie Gros, France Bleu Gironde et France Bleu Occitanie

Condamné deux fois à la perpétuité dans les années 80, notamment pour le meurtre d'un couple de médecins à Pessac, Lionel Cardon vient d'être arrêté pour deux braquages commis l'été dernier en Haute-Garonne. Il était en liberté conditionnelle depuis 2013, après 33 ans passés derrière les barreaux.

LIonel Cardon, lors de son procès à Bordeaux en 1986
LIonel Cardon, lors de son procès à Bordeaux en 1986 - INA

Bordeaux, France

Retour à la case prison pour Lionel Cardon. Son nom ne dit pas grand chose aux jeunes générations, mais il y 30 ans, il était l'ennemi public n°1. Il avait été condamné à deux reprises à perpétuité, pour la mort d'un motard de la police  à Paris, et en décembre 86 pour une affaire qui avait défrayé la chronique en Gironde : le double meurtre des époux ARAN, un couple de médecins de  Pessac, en octobre 83.

En 2013, Il était sorti de prison en régime de semi-liberté, après 33 ans passés derrière les barreaux. Aujourd'hui, à 57 ans, il replonge : il vient d'être interpellé près de Nice, où il s'était mis au vert, pour deux braquages à main armée commis en août dernier dans la région de Toulouse : l'attaque d'un couple de bijoutiers à Muret, puis une postière à Seysses. Il est soupçonné de leur avoir extorqué au total 50.000 euros d'argent et de bijoux.

Maître Pierre Blazy, l'avocat bordelais, le défend depuis cette époque, et il est toujours en contact avec lui. Il parle d'un homme qui n'a pas pu aller au bout de sa réinsertion. 

J'ai l'impression d'un immense gâchis, c'est regrettable qu'il n'y ait pas un suivi pour ces détenus de longue durée, une fois qu'ils sont sortis.

— Maître Pierre Blazy

A sa sortie de prison, Lionel Cardon s'adonnait à sa passion : la boxe, un sport qu'il avait découvert en détention, et qu'il pratiquait à haut niveau. Il voulait devenir entraîneur professionnel à Toulouse , mais il n'a pas obtenu les prêts pour ouvrir sa propre salle de sport.

N'ayant pas le capital pour monter sa salle de boxe, son rêve pour se réinsérer, il a fait la seule chose qu'il pouvait faire,  à ses yeux, c'était commettre un vol, un cambriolage ou un braquage.

— Maître Pierre Blazy

"IL n'a pas vu d'autres solutions pour réaliser son rêve"

Lionel cardon avait aussi été condamné à deux reprises au début des années 90 pour évasion et tentative d'évasion, il avait été baptisé l'ennemi public numéro 1 lorsqu'il avait plusieurs personnes en otage dans le cabinet de son avocate à Paris avant de se rendre à la police.