Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

L'ex-entraîneur de l'USAP, Marc Delpoux, ne touchera pas d'indemnités

-
Par , , France Bleu Roussillon
Perpignan, France

L'ancien entraîneur du club de rugby de Perpignan a perdu devant les prud'hommes. Marc Delpoux réclamait 400.000 euros pour "rupture de contrat". La justice a tranché, toutes ses demandes ont été jugées irrecevables.

Marc Delpoux, illustration
Marc Delpoux, illustration © Maxppp

USAP 1 - Delpoux 0. L'ancien entraîneur de l'USAP de 2012 à 2104, Marc Delpoux, n'obtiendra rien de son ancien club. La justice estime qu'il n'y a pas eu de rupture de contrat, mais qu'il a démissionné.

Marc Delpoux avait attaqué l'USAP devant le Conseil des Prud'hommes de Perpignan pour avoir été "mis dehors" après la relégation du club de rugby catalan en Pro D2 en 2014 alors qu'il était encore sous contrat pour deux ans.

A l'époque, l'USAP l'avait mis à pied pendant 10 jours pour des fautes d'organisation et de management, lui reprochant notamment les blessures des joueurs Sofiane Guitoune ou Camille Lopez. Durant l'été 2014, l'USAP par le biais de François Rivière et Marc Delpoux n'ont cessé de communiquer par courriers recommandés.

Le  club avait modifié les missions de son ex-manager durant l'été, il ne s'occupait plus de l'entraînement, mais il travaillait dans un bureau à l'écriture d'un rapport. Marc Delpoux avait pris cela comme une mise à la porte, considérant que son contrat était rompu. Il réclamait plus de 400.000 euros de dédommagement au club.

François Rivière est satsifait, Marc Delpoux va faire appel

Mais la justice a donné raison à l'USAP, qui affirme que l'entraîneur est parti de son propre chef. Les sanctions et les mises à pied étaient justifiées, le club étant relégué malgré la présence de 17 internationaux dans l'équipe. Le rapport qu'on lui a demandé était l'occasion d'une autocritique sur ce qui n'avait pas fonctionné, et sur ce qu'il fallait changer.

Le Conseil des Prud'hommes de Perpignan déboute "Monsieur Marc Delpoux de l'intégralité de ses demandes tant en ce qui concerne les reprises de salaires que les conditions de la rupture (...) et requalifie la prise d'acte de la rupture en démission".

Marc Delpoux et FrançoisRivière, quand ils servaient les mêmes intérêts
Marc Delpoux et FrançoisRivière, quand ils servaient les mêmes intérêts © Maxppp

L'avocat de Marc Delpoux, Romuald Palao, annonce que son client va faire appel de la décision du Conseil des Prud'hommes de Perpignan. "Je suis déçu, mais je reste confiant".

De son côté, l'USAP est satisfaite voire soulagée. C'est une première victoire dont se ravit le président du club François Rivière : "franchement, j'aurais été étonné que le tribunal interprète différemment les circonstances du départ de Monsieur Delpoux. Venir reprocher des choses au club est abusif dans un contexte dont je pense qu'il est pour une grave part l'auteur, il est dommage d'en arriver là.  C'est une étape mais il faut rester concentrés si une procédure d'appel se met en route".

François Rivière : "C'est une première étape de soulagement"

Choix de la station

À venir dansDanssecondess