Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : Les affaires Fourniret

L'ex épouse de Michel Fourniret transportée à son tour dans l'Yonne

mardi 2 octobre 2018 à 19:35 Par Denys Baudin et Isabelle Rose, France Bleu Auxerre, France Bleu Champagne-Ardenne et France Bleu

Monique Olivier est revenue ce mardi sur les lieux qu'elle a fréquentés dans l'Yonne lorsqu'elle était mariée avec le tueur en série. Les enquêteurs recherchent toujours le corps de Marie-Angèle Domèce que Michel Fourniret a reconnu avoir tué en 1988.

Monique Olivier à Saint Cyr-les -Colons
Monique Olivier à Saint Cyr-les -Colons © Maxppp - Romain Blanc

Auxerre, France

Le déplacement a débuté ce mardi à Saint-Cyr-les-Colons (Yonne) où des fouilles menées la semaine dernière sur un terrain familial, indiqué par Michel Fourniret, étaient restées infructueuses. Monique Olivier, 69 ans, s'est aussi rendue avec les enquêteurs dans des bois du côté de Saint-Bris-le-Vineux puis à Monéteau. Aucune découverte n'a été faite.

Monique Olivier a reconnu avoir été aux côtés de Michel Fourniret lorsqu'il a rencontré et tué Johanna Parrish en 1990 et Marie-Angèle Domèce en 1988. En revanche elle a toujours affirmé qu'elle n'était pas avec lui lorsqu'il s'est débarrassé des corps de ses victimes.

"On ne peut pas vraiment s'y fier" — Claude Domèce

Entre espoir et doute

Toutefois, selon son avocat, elle est prête à coopérer pour tenter de retrouver le corps de Marie-Angèle Domèce dont la dépouille n'a jamais été retrouvée. Claude Domèce, le père de Marie-Angèle ne croit pas beaucoup dans l'aide de Monique Olivier : "Soi-disant elle n'était pas avec lui quand il se débarrassait des corps, c'est peut-être vrai mais on ne peut pas vraiment s'y fier, moi en tous cas je ne m'y fie pas parce qu'elle a une première fois avoué puis elle s'est rétractée, elle a changé de versions plusieurs fois et donc il y a quand même un doute sur ses déclarations. J'ai l'espoir qu'on retrouve le corps mais j'ai des doutes. Est-ce qu'il l'a enterré ou jeté dans un puits ? Je ne suis pas sûr du tout qu'on retrouve les restes de Marie-Angèle."

"J'ai l'espoir qu'on retrouve le corps mais j'ai des doutes" — Claude Domèce

Claude Domèce préfère ne pas se faire trop d'illusions : "Il ne faut pas être trop naïf, on ne va pas nous servir comme ça l'endroit où a été déposé Marie-Angèle. Je suis comme ma fille Véronique, j’espère... Mais entre espérer et obtenir il y a une grande nuance. Cela fait longtemps que ça dure, je ne dirais pas qu'on s'habitue. On a vécu des périodes extrêmement difficiles avec une dégradation de la santé. Je vais avoir bientôt 90 ans, tout ça pèse lourd sur le bonhomme, mais que ce soit pénible ou non, il faut le subir, un point c'est tout."

"Je ne m'y fie pas"

Une quarantaine de gendarmes notamment du groupement de l'Yonne et de l'Institut de recherches criminelles de la Gendarmerie sont mobilisés pour le déplacement de Monique Olivier qui se poursuit ce mercredi.

Saint-Cyr-les-Colons, dans l'Yonne - Radio France
Saint-Cyr-les-Colons, dans l'Yonne © Radio France - Denis Souilla