Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

L'ex-eurodéputée franc-comtoise Sophie Montel est mise en examen

La Franc-Comtoise Sophie Montel, ex-eurodéputée, est mise en examen pour "provocation à la discrimination raciale", pour un guide publié avant les municipales de 2014. Elle a depuis quitté le Rassemblement National.

Sophie Montel sur France Info le 22 août 2017.
Sophie Montel sur France Info le 22 août 2017. © Radio France - Jean-Christophe Bourdillat

L'ex-eurodéputée franc-comtoise Sophie Montel est mise en examen pour "provocation à la discrimination raciale" dans une enquête sur un guide publié avant les municipales de 2014. Elle est poursuivie avec l'eurodéputé du Rassemblement National (RN)  Jean-François Jalkh tandis que  Steeve Briois, actuel premier vice-président du RN, est placé sous le statut intermédiaire de témoin assisté. Sophie Montel a depuis quitté le parti frontiste. 

Dans le viseur : l'accès aux logements sociaux

L'enquête est menée dans le cadre d'une information judiciaire ouverte après une plainte en 2014 de l'association "Maison des Potes", portant sur la publication du "Guide pratique de l'élu municipal Front national". Dans ce document, le parti d'extrême-droite exhortait ses futurs élus à réclamer notamment l'application de la "priorité nationale dans l'accès aux logements sociaux".  A l'époque, Sophie Montel était chargée de la coordination des élus au sein du secrétariat général et assurait que cela relevait "de la liberté d'expression" ajoutant qu'en tant qu'élus d'opposition, "on a tout à fait le droit de dire qu'on est contre une loi, et qu'on aspire à modifier cette loi".

Immunité parlementaire levée

Aujourd'hui, son avocat ne souhaite pas s'exprimer, tandis que le vice-président de l'association "Maison des Potes", Samuel Thomas, regrette la "lenteur" de la justice dans ce dossier. "Ce qu'on souhaite surtout, c'est que la justice tranche rapidement et qu'on puisse démontrer que le parti a réclamé la commission d'une infraction pénale à caractère raciste de la part de ses élus locaux." Dans ce dossier, le Parlement européen avait levé l'immunité de Jean-François Jalkh en novembre 2016, puis celles de Steeve Briois et Sophie Montel en octobre 2018.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess