Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

L'ex-maire de Chavanac condamnée pour tentative d'escroquerie

mardi 7 novembre 2017 à 11:32 - Mis à jour le mardi 7 novembre 2017 à 19:25 Par Jérôme Edant, France Bleu Limousin et France Bleu

L'ex-maire de Chavanac (Corrèze) a été condamnée à 12 mois de prison avec sursis ce mardi par le tribunal correctionnel de Tulle pour avoir falsifié une délibération de son conseil municipal et trafiqué le devis d'une entreprise en juillet dernier. Elle avait tenté de se faire verser 6000 €.

Le palais de justice de Tulle
Le palais de justice de Tulle © Maxppp - Quentin Reix

Chavanac, France

L'ex-maire de Chavanac Catherine Durand, qui avait démissionné fin septembre au moment de son interpellation, a été condamnée à 12 mois de prison avec sursis et une interdiction d'exercer tout mandat pendant 5 ans par le tribunal correctionnel de Tulle ce mardi. En juillet dernier, elle avait transformé le devis d'une entreprise en facture puis fabriqué une fausse délibération de son conseil municipal pour se faire verser 6000 € aux dépens de la commune, par l'intermédiaire du compte en banque de son conjoint. Les soupçons ont été soulevés par le Trésor Public de Bugeat.

L'ex-élue était en difficulté financière

L'ancienne élue, manifestement très éprouvée, a expliqué ses agissements par une situation financière difficile et le besoin de financer son mariage au mois d'août dernier. Elle pensait rembourser la somme après l'obtention d'un crédit d'impôt cet automne.

Son avocat, Ekoué Didier Akakpovie, estime que la condamnation à 12 mois de prison avec sursis est sévère et il envisage de faire appel de ce jugement.