Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice

L'ex-médecin de la police du Grand Est condamné à un an de prison avec sursis en appel

L'ex médecin-inspecteur régional de la police dans le Grand Est a été condamné pour agressions sexuelles ce mercredi 8 janvier par la cour d'appel de Reims à un an de prison avec sursis et interdiction d'exercer. Peine confirmée en appel donc pour le Dr Frey qui n'en a pas fini avec la justice.

Le médecin-inspecteur avait été jugé devant le Tribunal correctionnel en mai 2019.
Le médecin-inspecteur avait été jugé devant le Tribunal correctionnel en mai 2019. © Radio France - Cécile Soulé

Le médecin-inspecteur de la police dans le Grand Est, le Dr Frey, a été reconnu coupable ce mercredi 8 janvier de 8 agressions sexuelles sur des jeunes adjointes de sécurité et condamné à un an de prison avec sursis, interdiction d'exercer et inscription au fichier des auteurs d'infractions sexuelles. La cour d'appel de Reims a donc confirmé la peine prononcée par le Tribunal correctionnel de Reims en juin dernier. Elle reconnaît 8 victimes, huit femmes, et l'agression sexuelle n'est pas retenue pour l'un des plaignants, un homme.  

Les faits remontent à juin 2018 à Reims. Le médecin de la police du Grand Est -qui depuis février a été suspendu de ses fonctions à titre conservatoire- est accusé d'avoir imposé des palpations et des caresses lors de visites médicales de recrutement pour des adjointes de sécurité sur le point d'intégrer l'école de police de Reims. Le Dr Frey avait été décrit lors de l'audience en première instance comme un homme "pervers". 

Un autre procès à venir ?

"C'est une réelle reconnaissance pour les victimes, des jeunes femmes qui étaient adjointes de sécurité et qui ont intégré la police nationale, c'est la plus belle image qu'on peut avoir en rentrant...  les faits datent pour la plupart de juin 2018 ou pour certaines de 2014 ou 2017, c'est un long cheminement judiciaire et personnel pour elles et en même temps cette décision permet d'encourager les autres victimes à se manifester et à faire appel à la justice", souligne Jessica Guerrache, déléguée syndicale Vigi à Colmar, et elle-même victime du médecin.

Le Dr Frey n'en a pas fini avec la justice puisque 12 autres plaintes ont été déposées à son encontre auprès du procureur de la République de Metz. Il pourrait donc être à nouveau être jugé pour des faits d'agressions sexuelles, sous réserve que les faits ne soient pas prescrits. L'ex médecin de la police dans le Grand Est peut aussi décider de se pourvoir en cassation après la décision ce mercredi de la Cour d'appel de Reims. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu