Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
L'ancien président de la République Valéry Giscard d'Estaing est mort à l'âge de 94 ans "des suites du Covid"
Dossier : Coronavirus Covid-19

L'ex-patron de l'ARS Grand Est Christophe Lannelongue conteste les conditions de son éviction

Christophe Lannelongue conteste les conditions de son éviction de la tête de l'agence régionale de santé du Grand Est. Il a déposé un recours devant le conseil d'Etat.

Christophe Lannelongue, l'ancien directeur de l'agence régionale de santé du Grand Est
Christophe Lannelongue, l'ancien directeur de l'agence régionale de santé du Grand Est © Maxppp - Alexandre Marchi

Il est pour l'instant le seul à avoir perdu son poste au cours de la crise du Covid-19 au sein des autorités de santé : Christophe Lannelongue, ancien directeur de l'agence régionale de santé du Grand Est, conteste les conditions de son éviction. Il a déposé un recours devant le conseil d'Etat car il n'a pas eu la possibilité de se défendre, ayant été prévenu de son éviction une heure avant le conseil des ministres. Ce recours devrait être étudiée avant la fin de l'année.

Christophe Lannelongue avait été démis de ses fonctions le 8 avril dernier en conseil des ministres. Il avait provoqué un tollé lors d'une conférence de presse. En pleine crise de Covid-19, il avait expliqué qu'il n'y avait "pas de raison de remettre en cause" le plan prévu pour le CHRU de Nancy. Un plan qui prévoyait le regroupement des activités à Brabois et la suppression de 598 postes et 174 lits d'ici 2025.  Il avait été recadré publiquement par le ministre de la santé Olivier Véran.

Christophe Lannelongue qui prépare son audition devant la commission d'enquête parlementaire chargée de faire la lumière sur la gestion de la crise du coronavirus.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess