Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

L'ex-patron de la BAC de Rennes condamné à 10 mois de prison avec sursis

jeudi 27 juillet 2017 à 15:18 Par Céline Guétaz, France Bleu Armorique, France Bleu Breizh Izel et France Bleu

L'ex patron de brigade anti-criminalité de Rennes a été jugé responsable de violences, faux en écriture et dénonciation calomnieuse. Il écope de 10 mois de prison avec sursis. Les faits ont été commis lors d'une interpellation en mai dernier dans un bar rennais.

Le policier va faire appel de sa condamnation
Le policier va faire appel de sa condamnation © Radio France - Céline Guétaz

Le tribunal correctionnel de Rennes a condamné ce jeudi à dix mois de prison avec sursis ce policier âgé de 56 ans, ex patron de la brigade anti-criminalité de Rennes. Considéré par ses pairs "comme un policier exemplaire", il était accusé d'avoir frappé un homme lors de son interpellation le 5 mai dernier, dans un bar.

Alors qu'il le soupçonnait de trafic de drogue, le policier lui a donné un coup de genou dans le visage. Le tribunal le reconnait responsable de ces violences. A l'énoncé du jugement, la présidente du tribunal a indiqué que le coup de genou ne pouvait pas être considéré comme légitime.

Un procès verbal mensonger

La présidente du tribunal a également indiqué que le procès verbal rédigé par le policier était pour partie mensonger.Ce qui justifie la condamnation pour faux en écriture et dénonciation calomnieuse. Après cette interpellation, celui qui était alors patron de la BAC avait porté plainte contre le jeune homme affirmant que celui-ci l'avait frappé. Des faits qui avaient été démentis par les images de la vidéosurveillance du bar où le jeune homme s'était réfugié. La présidente du tribunal a estimé que ces faits constituent "une atteinte à l'individu et à l'institution judiciaire"

Pour l'avocate de la victime, il n'y aucun doute sur les infractions commises. "Du jamais vu à Rennes, en tout cas dans un tribunal correctionnel" a affirmé Maître Gwendoline Ténier. Un tel agissement de la part d'un policier est une entorse à la confiance que les citoyens peuvent espérer de la police et de la justice.

"Mon client est un excellent flic" - Maitre Frédéric Birrien

L'avocat du policier reconnait des erreurs, mais estime que cela ne méritait pas une telle sanction. Pour Maître Frédéric Birrien, son client est encore aujourd'hui "un excellent flic". 30 ans de service dans la police, il a travaillé au RAID, au GIGN et il était, il y en encore quelques semaines, patron de la Bac de Rennes. Le policier a l'intention de faire appel du jugement. En attendant, il risque des sanctions administratives.