Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

L'ex-patron de Radio France Mathieu Gallet conteste sa révocation devant le Conseil d'Etat

jeudi 5 avril 2018 à 17:19 Par Viviane Le Guen, France Bleu

L'ex-patron de Radio France, Mathieu Gallet, a déposé un recours devant le Conseil d'Etat vendredi 30 mars pour contester sa révocation décidée par le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) fin janvier.

Mathieu Gallet, Président de Radio France de 2014 à mars 2018.
Mathieu Gallet, Président de Radio France de 2014 à mars 2018. © Maxppp - Christophe Morin / IP

L'ancien patron de Radio France, Mathieu Gallet, conteste sa révocation devant le Conseil d'Etat. Il a déposé un recours vendredi 30 mars a-t-on appris ce jeudi auprès de l'instance. 

Le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) a mis un terme à son mandat fin janvier à la suite de sa condamnation pour favoritisme lorsqu'il dirigeait l'INA entre 2010 et 2014.  Ses avocats ont fait appel de cette décision de justice.

Contacté par franceinfo, le Conseil d’Etat indique que ce dossier sera examiné d’ici "plusieurs semaines". Une fois que l’audience sera fixée, le Conseil d’Etat communiquera sa décision "15 jours à 3 semaines après l’audience". Si la juridiction statue en sa faveur, Mathieu Gallet pourrait toucher entre 223 000 et 270 000 euros d'indemnités.

Président de Radio France depuis 2014, Mathieu Gallet a été condamné le 15 janvier à un an de prison avec sursis et 20 000 euros d'amende pour avoir favorisé deux sociétés de conseil lorsqu'il présidait l'Institut national de l'audiovisuel (INA). Il est soupçonné d'avoir commandé près de 400 000 euros de prestations à deux sociétés de conseil sans avoir respecté les règles des marchés publics.

Démis de ses fonctions, il a quitté Radio France début mars. Son successeur doit être désigné au plus tard le 14 avril par le CSA.