Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

L'ex premier adjoint de Saint-Just-d'Ardèche condamné à deux ans de prison ferme

jeudi 14 juin 2018 à 20:47 Par Pierre-Jean Pluvy, France Bleu Drôme Ardèche

Patrick Bottaro a été condamné à trois ans de prison dont un an avec sursis. Le 15 avril dernier, il avait percuté une voiture dont la conductrice était décédée.

Le tribunal correctionnel de Privas a condamné l'ancien adjoint pour homicide involontaire
Le tribunal correctionnel de Privas a condamné l'ancien adjoint pour homicide involontaire © Radio France - Stéphane Milhomme

Privas, France

Le 15 avril, Patrick Bottaro vient de diner avec quelques amis dans un bar de Saint-Marcel-d'Ardèche. Il a bu quelques verres de rosé et estime qu'il peut rentrer chez lui à quelques kilomètres de là avec sa voiture. A 21h15, il se déporte sur la gauche et percute une voiture qui arrivait en face. Au volant, Nelly, une dame de 70 ans qui meurt à 22 heures. Patrick Bottaro n'a pas d'explication, un moment d'inattention avance-t-il.  

Des débats qui tournent autour du taux d'alcoolémie

Une prise de sang réalisée à 22h45 indique un taux d'alcoolémie chez Patrick Bottaro de 2,45 grammes par litre de sang. Un taux que le prévenu conteste. Il explique qu'il est bien allé diner dans ce bar de Saint-Marcel-d'Ardèche et qu'il a bu à partir de 19H30 trois ou quatre verres de rosé. Il n'a pas bu avant. Impossible donc d'avoir ce taux. "J'ai regardé sur internet" dit-il. Et il explique l'accident par un moment d'inattention. Les témoins aussi parlent de quelques verres de rosé. L'un d'entre eux dira même aux gendarmes qu'il n'était pas si saoul que ça.  

"J'aurais dû boire une vingtaine de verres pour avoir ce taux-là dit Patrick Bottaro."

Une attitude qui agace le tribunal

La contestation du taux d'alcoolémie irrite le tribunal qui ne comprend pas. La prise de sang a été mal faite dit le prévenu. La procureure, agacée s'énerve: 

"Mais alors monsieur Bottaro pourquoi vous êtes là ? Pourquoi le ministère public vous a fait citer devant ce tribunal ?"

Dans son réquisitoire, la procureure évite le débat sur le taux d'alcoolémie et explique que Patrick Bottaro conduisait sous un empire alcoolique et a enlevé une vie. 

"Vous êtes un chauffard lance la procureure."

Et la procureure de rappeler que dans un tiers des accidents de la route mortels l'alcool est en cause. 

Une défense difficile

Me Vignal le dit d'emblée: la défense est difficile dans ce genre de dossier mais il demande au tribunal de ne pas faire d'exemple. Il faut juger ce dossier et seulement ce dossier. Et il avance un élément troublant: à 9 heures du matin, le lendemain, Patrick Bottaro souffle dans un éthylotest. Résultat: rien, plus d'alcool alors que pour éliminer 2,45 grammes il faut bien plus qu'une dizaine d'heures. L'avocat de Patrick Bottaro aura finalement évité à son client le mandat de dépôt requis par le ministère public.