Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice
Dossier : La filière djihadiste de Strasbourg

L'ex-recruteur djihadiste Mourad Farès condamné à 22 ans de réclusion criminelle

L'ex-recruteur djihadiste Mourad Farès, accusé d'avoir provoqué le départ d'une quarantaine de jeunes vers la Syrie, dont dix Strasbourgeois et deux Toulousains, a été condamné à 22 ans de réclusion criminelle par la cour d'assises spéciale de Paris.

Palais de justice de Paris
Palais de justice de Paris © Maxppp - Sadak Souici

Strasbourg, France

22 ans de réclusion criminelle. Mourad Farès, ex-recruteur djihadiste, a été condamné par la cour d'assises spéciale de Paris, compétente pour statuer les crimes en matière de terrorisme, ce vendredi 24 janvier. 

Mourad Farès était accusé d'avoir entraîné le départ d'une quarantaine de jeunes vers la Syrie, dont dix membres de la filière djihadiste strasbourgeoise de la Meinau. Parmi eux, Foued Mohamed-Aggad, l'un des terroristes du Bataclan. Il était aussi accusé d'avoir dirigé un groupe de combattants de l'Etat islamique francophone en Syrie, début 2014. La cour d'assises spéciale a assorti sa condamnation d'une période de sûreté des deux tiers. 

Le contact d'un passeur à dix Strasbourgeois 

Incarcéré depuis 2014, Mourad Farès avait fui la Syrie la même année, après y avoir passé un an. Au cours de son procès, il a admis avoir fourni le contact d'un passeur à dix Strasbourgeois en 2013, dont Foued Mohamed-Aggad et son frère Karim. Mais il a nié avoir été impliqué dans leur départ. Il était aussi accusé d'avoir envoyé en Syrie deux Toulousains, lycéens aux Arènes, en 2014. 

C'est sur les réseaux sociaux que Mourad Farès s'est fait connaître fin 2012, en publiant des vidéos d'appel au djihad visionnées par "200 à 300.000 personnes", selon l'avocate générale. Une influence contestée par le défenseur de Mourad Farès, Me Paul Fortin, qui a par ailleurs assuré que son client "n'était plus dangereux aujourd'hui"

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu