Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

L'exaspération à Parthenay: mais qui s'amuse à brûler des voitures ?

mardi 29 décembre 2015 à 19:57 Par Félix Mathieu, France Bleu Poitou

Depuis avril, une vingtaine de voitures ont été brûlées dans la petite ville des Deux-Sèvres. Huit en novembre, puis de nouveaux trois dans la nuit de dimanche à lundi. Le maire demande à l'Etat de renforcer les effectifs de la gendarmerie, le temps que soient retrouvés les auteurs.

Deux voitures brûlées à côté du lycée Perochon, dans la nuit de dimanche à lundi
Deux voitures brûlées à côté du lycée Perochon, dans la nuit de dimanche à lundi © Radio France - Félix Mathieu

Parthenay, France

Derrière le lycée Ernest Perochon, les deux carcasse calcinées étaient toujours posées sur leur place de parking, ce lundi. Témoins de l'acte de malveillance qui a encore frappé, en pleine nuit, dans la même zone du centre-ville qu'en avril, en août, et en novembre: autour du parking du boulevard des Sires de Parthenay, rues du lycée ou Dassier.

Comment je peux imaginer qu'un Parthenaisien ou qu'un gâtinais soit suffisemment abruti pour commettre ce type d'acte?!"  - Xavier Argenton, maire UDI de Parthenay

L'élu, s'il met en avant les missions nocturnes désormais assurées par sa police municipale, constate aussi que le phénomène "dépasse les limites de nos moyens et de nos effectifs". D'où cet appel à l'Etat:

Je sollicite un renforcement des effectifs de la gendarmerie sur le territoire de la commune, tant qu'on n'aura pas retrouvé les auteurs de ces phénomènes."

Dans les rues touchés par ces incendies, certains habitants expriment un sentiment d'insécurité, comme Catherine, boulangère: "Quand on habite à 500 mètres, on va pas garer sa voiture à trois kilomètres !". Ludivine, la vingtaine, est la propriétaire d'une des huit voitures brûlées en novembre. Assurée au tiers, elle a dû se racheter une voiture de secours sans pouvoir espérer quelque indemnisation. A moins, en cas d'arrestation, de faire jouer la responsabilité du ou des auteurs.

En attendant, elle le confirme, la crainte de retrouver son véhicule incendié est dans beaucoup de têtes.  Elle ésiigne les fenêtres des immeubles autour du parking :

 On se méfie tous. On surveille nos voitures depuis chez nous. Certains font des tournées ici pour voir si nos véhicules sont toujours là."

Une dame de 91 ans, mi-dépitée mi-ironique, préfère sourire: "on n'a plus rien à envier à Chicago". Du côté de l'enquête, le portrait-robot diffusé en novembre par la gendarmerie n'a débouché sur rien. Après ces derniers incendies, les enquêteurs cherchaient la présence d'éventuelles vidéos privées exploitables, sur le parcours du ou des incendiaires.

Voitures brûlées - reportage à Parthenay