Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

L'hommage des pompiers à Antoine Blouet, mort dans l'incendie de la rue d'Orléans à Rennes

mercredi 1 novembre 2017 à 17:56 Par Adrien Bossard, France Bleu Armorique

La caserne Saint Georges de Rennes rend hommage à Antoine Blouet, ce pompier de Paris mort dans l'incendie de la rue d'Orléans il y a 10 ans. Son nom figure désormais sur la plaque des pompiers "Morts pour la France' et "Morts au feu", à l'entrée de la caserne.

Sur la plaque des "Morts pour la France" de la caserne figure désormais le nom d'Antoine Blouet.
Sur la plaque des "Morts pour la France" de la caserne figure désormais le nom d'Antoine Blouet. © Radio France - Adrien Bossard

Rennes, France

Comme chaque 1er novembre, la caserne Saint-Georges de Rennes rend hommage aux siens, morts en service. Mais cette année, un nom vient s'ajouter à la liste. Celui d'Antoine Blouet, qui figure désormais sur la liste des pompiers "Morts pour la France" et "Morts au feu", bien qu'en permission, le jour de sa mort et membre des pompiers de Paris. Mais son dévouement lors de l'incendie de la rue d'Orléans, il y a 10 ans, valait bien une entorse à la règle.

Dans la nuit du 20 au 21 septembre 2007, il était à un anniversaire au dernier étage d'un immeuble rue d'Orléans, lorsque le bâtiment a pris feu, la faute à un homme alcoolisé qui a fait du feu dans la cage d'escalier pour, dit-il, "se réchauffer".

"Un acte héroÏque, il n'y a pas d'autres mots", le capitaine Mazeau

Parmi les victimes : deux étudiantes de 18 et 19 ans, et Antoine Blouet, mort en tentant de les sauver. "Il n'avait que 21 ans, et n'était intégré que depuis 7 mois, se souvient le capitaine Mazeau, son ancien chef aux pompiers de Paris. Il a sacrifié sa vie et cet hommage est logique, juste. C'est tout à fait normal qu'on reconnaisse cet acte, un acte héroïque, il n'y a pas d'autres mots."

Très ému, le capitaine ne veut retenir aujourd'hui que la fierté d'avoir eu dans ses rangs, une telle recrue. "Il a appliqué la devise du sapeur-pompier : sauver ou périr. Et pour un jeune, c'est extraordinaire."

Un jeune pompier cité en exemple, dix ans après, par les jeunes sapeurs pompiers (JSP) rennais, à l'image de Florine. "Quand on y pense, il n'a pas hésité. C'est un héros quelque part, et entre nous, on en parle beaucoup, même si je n'avais que 7 ans à l'époque des faits."

Une plaque a aussi dévoilée rue d'Orléans, en février dernier, avec le nom des deux autres victimes également.