Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

L'homme d'affaires Benjamin Tranchant condamné pour des pratiques de chasse jugées illégales

-
Par , France Bleu Orléans

Benjamin Tranchant, patron du groupe Tranchant propriétaire notamment de casinos, vient d'être condamné par le tribunal de Montargis pour "prélèvement sans autorisation dans le milieu naturel" de gibier sur son domaine de Langesse, dans le Loiret. Un jugement qu'il annonce contester en appel.

Le palais de justice de Montargis (photo d'illustration)
Le palais de justice de Montargis (photo d'illustration) © Radio France - Anne Oger

L'homme d'affaires Benjamin Tranchant a été condamné ce mercredi 12 mai par le tribunal correctionnel de Montargis pour des pratiques jugées illégales vis-à-vis du gibier sur un de ses domaines de chasse situé à Langesse, entre Gien et Montargis. Des peines d'amende ont été prononcées, mais surtout, pour lui qui est un passionné de chasse, une suspension de son permis de chasse pour une durée de deux ans. Une condamnation qu'il conteste et dont il fait appel. 

Benjamin Tranchant, président du groupe Tranchant, propriétaire de plusieurs casinos en France, possède plusieurs domaines dans la région Centre-Val de Loire, à Chaumont-sur-Tharonne en Sologne, et à Langesse, dans le Loiret. Il est régulièrement montré du doigt par les opposants à ce qu'on appelle l'engrillagement en Sologne, le fait de clôturer les propriétés, empêchant le gibier de circuler. A Montargis, il n'était pas jugé pour cela, mais pour avoir tenté d'attirer des animaux sur son domaine, avec des techniques illégales.

Des faits contestés par l'homme d'affaires Benjamin Tranchant

Ce que lui reproche la justice, saisie par l'Office français de la biodiversité, c'est d'avoir installé à l'entrée de son domaine de la Brenaudière à Langesse, un système pour attirer du gibier, avec de la nourriture, sans que celui-ci puisse ressortir. Cela revient à prélever des animaux dans le milieu naturel sans autorisation, et c'est interdit, tout comme l'agrainage, le fait d'attirer du gibier avec de la nourriture, est très réglementé. 

Ces pratiques avaient notamment été constatées de visu par les agents de l'office en 2019, mais elles sont contestées par Benjamin Tranchant, qui, sans commenter ce jugement, a annoncé qu'il en ferait appel. L'homme d'affaires est condamné à près de 2.000 euros d'amende dans le cadre de contraventions. Il doit aussi verser 600 euros de dommages et intérêts à la fédération des chasseurs du Loiret, ainsi qu'à l'association départementale des chasseurs de grand gibier, parties civiles dans cette affaire, car elles le sont "dès lors qu'il y a atteinte à l'éthique de la chasse" dit l'une d'elle. 

Les deux gardiens du domaine avaient eux aussi comparu le 21 avril 2021 lors de l'audience, car ce sont eux qui selon les agents de l'office auraient fait entrer les bêtes dans le domaine. L'un d'eux est relaxé car sa présence sur les lieux au moment des faits visés n'a pas été constituée. L'autre est condamné également à des peines d'amende et le versement de dommages et intérêts aux associations. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess