Faits divers – Justice

L'homme mort carbonisé à Angresse n'a pas subi de violences

Par Nelly Assénat, France Bleu Gascogne jeudi 31 décembre 2015 à 18:07

L'identité de la victime sera confirmée lundi prochain
L'identité de la victime sera confirmée lundi prochain © Radio France

Deux jours après l'incendie mortel qui a ravagé une maison à Angresse au sud des Landes, les enquêteurs restent prudents notamment quant à l'identification de la victime.

L’autopsie à Bordeaux vient de livrer son verdict, deux jours après la découverte d'un corps retrouvé dans les décombres d'une maison à Angresse mardi soir 29 décembre. La brigade de recherche de gendarmerie de Dax avance méthodiquement. L’autopsie confirme que la victime est morte d’abord de l’inhalation des fumées, avant d’être brûlée. Ses vêtements ont pris feu sur le foyer. Ce sont des éléments très importants car ils confirment que l’individu n’a pas subi de traces de violences. On n’est pas du tout dans le cas d’un corps dont on se débarrasse dans un brasier, afin d’éliminer toute trace d’agression.

 Malgré cela, l’identification de la victime n’est toujours pas achevée. On devrait être fixé lundi 4 janvier grâce à l’intervention d’un dentiste, qui devrait permettre de confirmer le scénario envisagé par les enquêteurs.

Ce dont on est certain pour l'instant ce sont les faits : sous un appenti, au fond d’un vaste jardin, vers 21 heures mardi 29 décembre, un brasier est survenu, puis des explosions de bonbonnes de gaz. Les pompiers de Capbreton et de Tyrosse maîtrisent l’incendie, et découvrent ensuite un corps calciné sous les décombres. 

Comme cela a été précisé dès le départ de l'enquête,  les occupants de la maison sont hors de cause. Il reste ce point qui pose question : le feu n’est pas spontané, il a bien été provoqué.