Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

L'hôpital d'Issoudun visé par une cyberattaque : pas de données volées, mais un coût financier

-
Par , France Bleu Berry

L'hôpital d'Issoudun a été victime d'une cyberattaque dans la nuit du 2 au 3 octobre. Aucune donnée personnelle n'a été volé selon la direction de l'établissement, mais l'attaque a des conséquences financières.

L'hôpital d'Issoudun a été victime d'une attaque informatique dans la nuit du 2 au 3 octobre
L'hôpital d'Issoudun a été victime d'une attaque informatique dans la nuit du 2 au 3 octobre © Radio France - Manon Klein

Issoudun, France

C'est un virus informatique qui répond au doux nom d'Antirecuva ANDB. Il a été détecté au sein du réseau informatique de l'hôpital d'Issoudun dans la nuit du 2 au 3 octobre dernier. Le virus, contenu dans la pièce jointe d'un courriel, a amené l'établissement à couper tous ses ordinateurs. Une rançon de 900 dollars était réclamée à l'hôpital. Depuis, "tout est revenu à la normale (...) et aucune donnée personnelle n'a été dérobée" affirme la direction.

Une cyberattaque "crapuleuse"

Le "ransomware" qui a tenté d'infecter le réseau de l'hôpital a été détecté dans la nuit. Le service informatique a découvert en se rendant sur le serveur du services des Urgences un message en anglais, qui réclamait la somme de 900 dollars en échange des données du centre hospitalier. "_Seulement, les données étaient déjà cryptées à la lecture de ce messag_e" affirme le directeur de l'hôpital Marc Kugelstadt; "900 dollars, c'est une somme dérisoire. Il s'agit donc sans doute d'une attaque réalisée dans un autre but, peut-être par idéologie, pour mettre le bazar" ajoute-t'il.

Tous les appareils informatiques ont été stoppés dès que le virus a été détecté. "On est retourné à la vieille méthode de travail : le papier et le stylo" raconte Marc Kugelstadt. Le système informatique de l'hôpital ont depuis été nettoyé, et tout est revenu à la normale selon la direction.

Le directeur de l'hôpital, Marc Kugelstadt, l'affirme : rien n'a été volé ou détruit - Radio France
Le directeur de l'hôpital, Marc Kugelstadt, l'affirme : rien n'a été volé ou détruit © Radio France - Manon Klein

Conséquence financière

La direction de l'hôpital l'affirme : aucune donnée personnelle n'a été volée ou perdue, que ce soit celles des patients ou des 480 agents de l'établissement. Seuls quelques fichiers de travail au format Word ou Excel ont été perdus, mais ils ne contenaient pas de données personnelles.

Si, par chance, la cyberattaque n'a pas eu de conséquences lourdes, elle a tout de même engendré des coûts. "Entre 40 et 45 000 euros" détaille le directeur du centre hospitalier. Ce montant correspond à ce qui a été engagé pour réparer l'attaque, mais aussi à ce qui a été investi pour s'équiper d'un nouveau pare-feu afin de mieux protéger le système informatique de l'établissement.

Une plainte a été déposée par l'hôpital auprès de la gendarmerie dès le 3 octobre. Une équipe spécialisée de Châteauroux s'est penchée sur le dossier. Pour le moment, l'origine de cette cyberattaque n'est pas connue.

La cyberattaque va coûter entre 40 000 et 45 000 euros selon les estimations de la direction de l'hôpital - Radio France
La cyberattaque va coûter entre 40 000 et 45 000 euros selon les estimations de la direction de l'hôpital © Radio France - Manon Klein
Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu