Faits divers – Justice

L'I-Boat fermé pour un mois suite à un trafic de stupéfiants

France Bleu Gironde mardi 8 juillet 2014 à 16:48

L'IBoat, aux Bassins à flots de Bordeaux.
L'IBoat, aux Bassins à flots de Bordeaux. © Radio France - Olivier Uguen

L'I-Boat, un lieu branché situé aux Bassins à Flots, à Bordeaux, devra fermer pendant un mois. Cette décision administrative prise par le Préfet fait suite au démantèlement d'un trafic de drogue qui, selon la préfecture, implique des clients et des collaborateurs de l'établissement.

C'est un lieu atypique à Bordeaux, installé dans un ancien ferry amarré au Bassin à Flots, une salle très prisé par les noctambules qui restera fermé pendant un mois.

Cette fermeture administrative a été décidée par le Préfet de Gironde, suite au démantèlement  d'un trafic de drogue dans lequel sont impliqués des clients et des salariés de l'établissement 

"Au terme de la procédure contradictoire, cette décision de fermeture a été prise à la suite d'une enquête pour trafic de stupéfiants ayant établi l'existence de transactions, au sein même de l'établissement, mettant en cause des collaborateurs et des clients de l'I-Boat". — communiqué de la Préfecture.

Ce trafic de cocaïne a en fait été démantelé dans deux autres établissements bordelais : Le Café Bellini, un bar restaurant des Allées de Tourny, et le Café des Moines, rue des Menuts. L'enquête a montré que deux salariés de l'Boat étaient impliqués dans ces transactions, et que des reventes avaient eu lieu dans l'enceinte même de leur lieu de travail. La direction de l'I Boat s'est depuis séparée de ses deux salariés. Sur sa page Facebook, la direction dit contester "le bien-fondé" de cette décision.

La mesure est effective à partir de ce mardi. Elle entraîne aussi l'annulation du permis d'exploitation délivré au gérant. Celui-ci devra suivre une formation spécifique avant de pouvoir exploiter à nouveau une licence IV.

Depuis le début de l'année, le préfet de Gironde a prononcé 22 fermetures administratives, la plupart à Bordeaux et la plupart pour troubles à l'ordre public.