Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

L'IGPN saisie après la blessure au visage d'un militaire à Montpellier

-
Par , France Bleu Hérault, France Bleu

L'Inspection Générale de la Police Nationale est saisie par le procureur de la République après les heurts samedi soir dans le centre-ville de Montpellier. Un militaire de 21 ans a été blessé au visage en marge d'une manifestation des gilets jaunes. Il a porté plainte.

Manifestation des gilets jaunes rue de la Loge à Montpellier (phot d'illustration)
Manifestation des gilets jaunes rue de la Loge à Montpellier (phot d'illustration) © Maxppp -

Montpellier, France

Le procureur de la République de Montpellier ouvre une enquête pour violences volontaires après les incidents de samedi soir à Montpellier. Un militaire a été blessé au visage en marge de la manifestation des gilets jaunes à laquelle il ne participait pas. Christophe Barret a confié l'enquête à l'IGPN. Il s'agit de savoir si la victime qui est effectivement blessée au visage a reçu un projectile, quel type de projectile et par qui il a été lancé précise le procureur. 

Les policiers avaient des caméras

La victime qui est un militaire d'une vingtaine d'année se trouvait près de la place Jean Jaurès avec trois camarades. Ils étaient en permission, sortaient d'un restaurant et voulaient se rendre en boite de nuit. Il était environ 22h30, à ce moment les forces de l'ordre étaient la cible de casseurs. Ces derniers ont jeté divers projectiles sur les policiers qui ont répliqué en faisant usage de lanceurs de balle de défense ( LBD40) et ont interpellé un individu. 

Les policiers ne disent pas combien de tirs ont été effectués  mais on devrait le savoir assez vite puisque chaque policier  était samedi soir équipé d'une caméra. C'est ensuite que les policiers ont vu un homme à terre, le militaire, mais ils ne sont pas en mesure de dire si c'est une balle de défense qui l'a touché comme le racontent des témoins de la scène.

Blessé au visage au niveau d'une pommette, il a été admis au CHU de Montpellier. Sa mère, présente à son chevet, explique qu'elle a fait appel à un avocat et qu'une plainte a été déposée mais qu'elle ne souhaite pas médiatiser cette histoire. 

Mon fils se trouvait au mauvais endroit au mauvais moment

Sébastien Garnier vous avez rencontré le jeune militaire à l'hôpital

La justice doit faire son travail

Le jeune militaire ne souhaite pas parler aux journalistes. Allongé sur son lit d'hôpital, un pansement blanc sur l’œil gauche, il songe avant tout à sa santé. Une chance, son oeil n'est pas touché et la blessure n'a pas nécessité d'opération. Il vit plutôt mal la médiatisation de son histoire, les vidéos des témoins le montrant au sol et diffusées sur les réseaux sociaux, les commentaires, les approximations. Il précise qu'il vient de l'Est de la France et qu'il était à Montpellier pour "profiter de la mer et du soleil le temps d'une permission", pas pour faire la une des journaux.