Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : Été 2015 : les incendies de Mulsanne

L'incendiaire de Mulsanne condamné à un an et demi de prison ferme

lundi 28 novembre 2016 à 19:13 Par Bertrand Hochet, France Bleu Maine

Le Sarthois de 37 ans, sous curatelle renforcée, comparaissait ce lundi devant le tribunal correctionnel du Mans pour dix incendies volontaires pendant l'été 2015. Une centaine d'hectares de forêt étaient partis en fumée. Le prévenu a nié, à nouveau être l'auteur des feux.

Un an après, toujours un paysage lunaire à Mulsanne
Un an après, toujours un paysage lunaire à Mulsanne © Radio France - Yann Lastennet

D'emblée, la présidente met le prévenu face à ses contradictions. Elle lui rappelle ses aveux détaillés pendant sa garde à vue, avant qu'il nie tout en bloc. Elle lui explique que son téléphone a été localisé près de plusieurs départs de feu. Mais non, le Sarthois de 37 ans, cheveux courts et chemise blanche le répète : "je n'ai rien fait du tout !"

Le Procureur de la République enfonce le clou : "on dirait la pensée magique d'un enfant mais il ne suffit pas de dire 'ce n'est pas moi !' pour que les conséquences concrètes disparaissent". Les avocats de plusieurs victimes prennent la parole mais ne s'étendent pas. Ils se bornent à rappeler le travail précis des enquêteurs et les preuves qui leur semblent irréfutables.

Toute autre est la conviction de l'avocate du prévenu qui démonte un à un les éléments matériels : par exemple le téléphone qui n'est pas fiable, la mobylette utilisée qui ne permet pas d'être à deux endroits distants de 7 kilomètres en 5 minutes. Et puis la personnalité du prévenu "un bon nigaud" à qui on veut faire porter la responsabilité des incendies. L'avocate plaide l'erreur judiciaire.

A LIRE AUSSI | Mulsanne : des sapins de Noël pour replanter la forêt brûlée

Les pompiers parties civiles

Parmi les parties civiles à ce procès, le SDIS : le Service Départemental d'Incendie et de Secours de la Sarthe. C'est assez rare. Mais les pompiers voulaient présenter la facture des incendies : 200.000 euros, d’après eux. Le feu le plus important : celui de Mulsanne, le 10 juillet 2015, a mobilisé 528 personnes soit un quart des effectifs des pompiers du département ! « Il est important de montrer que derrière le déclenchement d’incendies volontaires, il y a un coût financier et une mobilisation injustifiée de moyens publics », explique le capitaine Benoit Guérin, conseiller technique feux de forêts au SDIS 72.